Si, dès hier, avec ma traditionnelle sélection de la semaine, j'avais mentionné pour la première fois des films de 2014, j'ai eu envie de voir un peu plus loin que cette seule semaine et vous proposer, comme je l'avais fait l'année passée à la même époque, une petite projection sur les 10 films qui me font le plus envie parmi les projets déjà bien avancés de cette année 2014 qui vient tout juste de commencer.

Evidemment, ce ne sont pas forcément les films les plus ronflants aux budgets les plus explosifs que je cite là, et, comme d'habitude il n'y a aucun blockbuster dans le lot, (vous me connaissez maintenant), mais pas mal d'oeuvres dont les cinéastes, les pitch, le casting, ou les 3 à la fois sont parmi des plus alléchants pour moi.

Petite revue de détails de ces 10 films les plus prometteurs à mon sens: 

1. Magic in the Moonlight Woody Allen ( sortie indeterminée)

nouveau woody

Après un Blue Jasmine sombre mais 100% réussi, voici la Magie au clair de Lune, 47e film pour un Woody, qui a 78 ans, est toujours aussi fringuant. Peu de choses ont flitré du tournage du Sud de la France, dont on espère que ce retour de Woody sur nos terres soit aussi brillant que pour Minuit à Paris. Côté casting, Emma Stone, Colin Firth et Eileen Atkins se partagent l'affiche du long-métrage. On ne connaît pas encore sa date de sortie, ni la version française du titre, mais personnellement, je me pourlèche les babines à l'avance.

2 Jimmy's Hall de Ken Loach : ( sortie indeterminée)

loach_jimmy_hall_3558-f

 Si Woody n'a absolument pas annoncé que son film sera le dernier, selon Rebecca O'Brien, sa productrice, le drame historique Jimmy's Hall pourrait bien être le dernier film de fiction de Ken Loach, presque aussi âgé que Woody (77 ans). 

Jimmy's Hall, qui n'a pas encore, lui non plus,  de date de sortie chez nous ( mais qu'on pressent énormément pour Cannes) , évoque le destin de Jimmy Gralton, leader communiste irlandais qui émigra aux Etats-Unis en 1909, avant de revenir dans son pays et d'y créer en 1921 un dancing. En raison des réunions politiques organisées dans ce lieu, les communistes et l'Eglise catholique s'affrontèrent violemment. Jugé indésirable, Jimmy Gralton fut déporté en Amérique en 1933 -cas unique dans l'histoire du pays. Un retour au drame et à l'histoire, quelques années après Le vent se lève, palme d'or 2005, qui pourrait faire mouche.

3. Une promesse, Patrice Leconte 16/ 04 /2013

la promesse

  Comme Ken Loach, Patrice Leconte avait parlé de retraite  il y a de cela quelques années. 5 films plus loin, il ne semble plus en être question et après un dessin animé adaptant du Jean Teulé,  avec son Magasin des suicides, le voilà à la conquête du marché international puisqu’il nous revient avec son premier film tourné en langue anglaise et,  qui marque également, à ma grande joie,  le retour de Leconte aux histoires sentimentales et romanesques comme je le préfère largement.

Pour ce faire, il a adapté une oeuvre  de  l'immense romancier autrichien Stefan Zweig Le voyage dans le passé - et dans le rôle principal, il a choisir une de mes actrices anglaises préférées, la trop rare et merveilleuse  Rebecca Hall ( que j'avais adoré dans Vicky Christina Barcelona, Le prestige ou The Town) qui va tomber sous le charme de Richard Madden (Game of thrones).

4. Yves Saint Laurent - (Jalil Lespert- sortie le 08/01/14; Bertrand Bonnello; sortie mai 2014)

ys

On le sait depuis quelques temps, c'était la guerre fraticide autour de l'immense couturier  Yves Saint Laurent  à travers deux biopics qui me tentent beaucoup tous les deux .

Le premier, Yves Saint Laurent, réalisé par Jalil Lespert, a été approuvé par Pierre Bergé, qui fut le compagnon du couturier pendant près de cinquante ans. Pierre Niney a été choisi pour jouer le créateur dans ce film, dans lequel il donne la réplique à Guillaume Galienne, qui incarne Pierre Bergé.   Vingt ans dans la vie d’Yves Saint Laurent et de Pierre Bergé, vus par Jalil Lespert, comédien de talent devenu aussi un cinéaste à suivre (Des vents contraires), ca ne peut que m'attirer l'oeil et l'attention.

L'autre projet, intitulé Saint Laurent, porté par Bertrand Bonello, n'a pas reçu l'aval du mécène. Le casting est composé de Gaspard Ulliel (Yves Saint Laurent) et Jérémie Renier (Pierre Bergé) et il s'interesse plus à une période charnière d'YSL, celle des années 50-60. Pour pouvoir les comparer, quoi de mieux que d'aller les voir tous les deux?

5. Tom à la ferme; Xavier Dolan  (sortie 16/ 04 /2014)

3470060_6_7f52_tom-a-la-ferme-un-film-de-et-avec-xavier_860d80f4e661f85799a599d5436b9966

Après Laurence Anyways, un de mes chocs de 2011, j'attends avec  la plus grande impatience ce 4ème fil de Xavier Dolan, Tom à la ferme, un thriller psychologique présenté en compétition à la Mostra de Venise

  Le jeune prodige  canadien a adapté une pièce de théâtre de l'auteur québécois Michel Marc Bouchard. Tom, un jeune publicitaire de Montréal (interprété par Xavier Dolan lui-même), débarque dans une ferme paumée de la campagne québécoise.  Il vient là pour assister aux obsèques d'un ami. Mais évidemment, rien ne se passera comme prévu.

 Après J'ai tué ma mère, Les amours imaginaires et Laurence Anyways, sorte de trilogie sur le thème de l'amour impossible, Xavier Dolan a donc décidé de passer à autre chose, en apparence du moins. Car, derrière le film à suspens se cache un autre film, sur le deuil amoureux et l'amour entre trois individus. Une de  mes très grosses attentes de 2014, assurément...

6. Her, Spike jonze ( 19/ 03/2014)

humanoides

Spike Jonze, le réalisateur de Dans la peau de John Malkovitch, et ami de Michel Gondry et Sofia Coppola était un peu à la traine ces dernières années, mais devrait reprendre du galond avec ce Her dont on dit le plus grand bien sur les réseaux sociaux.  Her est le premier film qui parle d’une vraie relation amoureuse entre un humain et une intelligence artificielle. Dans Her (Elle), Spike Jonze raconte l’histoire d’un homme un peu paumé, qui donne un sens à sa vie lorsqu’il tombe amoureux d’une intelligence artificielle ( qui a la voix de la sublime Scarlet Johanson). Spike Jonze explore ainsi les thèmes de la solitude, de l’amour, de la technologie dans un film qui s’annonce d'ores et déjà comme une des plus grandes réussites du cinéma d’anticipation, et qui, personnellement m'excite bien plus que Gravity...

7. Les 3 frères, le retour; Didier Bourdon ( sortie le 19/02)

affiche-du-film-les-trois-freres-le-retour-11061384oisaw_1713

Les Trois Frères, sorti en 1995 a marqué une génération de français dont je faisais indubitablement partie, ayant 18 ans à l'époque et me souvenant à quel point cette première incursion au cinéma du trio d'humoristes connus alors pour le détournement de parodies télévisuelles m'avait fait hurler de rire.  Près de 20 ans après,  le retour au cinéma du trio Les Inconnus, qui sont absents ensemble des écrans  depuis la sortie en 2001 du sous estimé  Les Rois mages

Quelques cheveux en moins pour certains, et quelques kilos en plus pour d'autres ( surtout pour un dont le patronyme n'est pas celui d'une abeille), la promesse d'une comédie qui atteindra peut-être les sommets du box-office (le premier film Les Trois Frères avait séduit près de 7 millions de spectateurs) et qui devrait, je l'espère, toucher mes zygomatiques avec une vraie comédie et non pas un produit calibré marketing comme l'était par exemple les Bronzés 3 il y a quelques années.

8. Un beau dimanche;  Nicole garcia ( 19/02/2014)

Si  le dernier souvenir de Nicole Garcia comme actrice m'avait laissé un peu dubitatif  avec un des plus gros ratés de l'an passé, je garde un excellent souvenir de Nicole Garcia cinéaste,  tant la metteur en scène  n'a pas son pareil pour disséquer le coeur et l'ame d'un homme, et voir ce qui se cache derrière leur bloc de virilité.

Mais pour son dernier opus, c'est l'âme de Louise Bourgoin qu'elle se propose de disséquer  l'âme, et sa rencontre avec Pierre Rochefort (vu dans "Les Adieux à la reine" et "Les Revenants"),  dans le sud de la France, promet d'être toute en subtilité, élégance, et intelligence, comme l'est souvent le cinéma de Nicole Garcia

9. 12 years of a slave, Steve mc Queen (28/01/2014)

12 years

Steve McQueen ,brillant plasticien devenu brillant cinéaste ( Hunger, mais surtout Shame) s'apprête à livrer une retentissante apologie à l'égalité des races, avec son prochain 12 Years A Slave. 12 Years a Slave ( 12 ans d'esclavage) fait en effet figure de  grandissime favori dans la course aux Oscars.

«12 Years A Slave» est une date dans l’histoire du cinéma : même s’il est produit en partie par des boîtes de production indépendantes dans la société de Brad Pitt Plan B, le film de Steve McQueen est le premier grand film «hollywoodien» sur l’esclavage réalisé par un metteur en scène de couleur.

Adaptation de l’ouvrage «12 Years» de Solomon Northup paru en 1853, le troisième film du cinéaste anglais est aussi et surtout, selon les observateurs   une œuvre majeure qui puise sa force cinématographique dans une grande modernité narrative et visuelle – le travail du chef opérateur Sean Bobbitt («The Place Beyond The Pines») n’est pas étranger à ce tour de force esthétique qui fait visiblement le lien entre le cinéma de Terrence Malick («Le Nouveau Monde») et les photographies anthropologiques de la fin du 19e siècle d’Edward S. Curtis. Sur le papier du moins, un des grands longs métrages, mais indispensable de cette année.

10. "Only Lovers Left Alive», de Jim Jarmush ( 19/03/2014)

Only-Lovers-Left-Alive-la-critique

Présenté en sélection officielle lors du dernier Festival de Cannes( un des derniers films de la sélection qu'on attend avec impatience), "Only lovers left alive" (beau titre) a rappellé, si besoin était, que Jim Jarmusch est un immense cinéaste.  Film de songeur à la bande-son parfaite, «Only Lovers Left Alive» suit un couple de vampires lettrés, Adam et Eve, dont la vie nocturne va être troublée par l’arrivée d’une adolescente pleine de vie aux crocs acérés…

Dandy du septième art, Jim Jarmusch a toujours aimé les fantômes, les âmes en perdition qui chassent le spleen lors d'errance mélancolique que je ne manquerais pas d'aller visionner.

 

  Voilà pour les dix films que j'ai retenu sur les plus de 100 projets dont j'ai pu prendre connaissance, notamment au cours du premier semestre 2014. Bien sur, je n'ai parlé que des films dont le montage et la post production étaient terminés à ce jour, et certains ne sont pas assez achevés pour que je puisse les citer, et d'ici quelques mois, d'autres films alléchants viendront forcément  s'y rajouter, mais ma sélection du mercredi sera évidemment là pour compenser ces carences.

Et maintenant, si vous me disiez de votre coté, quels sont ceux qui vous le plus envie, dans ceux ci ou dans d'autres que je n'ai pas mentionné ici même?