reine_des_neiges_a

Dimanche 23 novembre, c'était la fête des enfants dans pas mal de Multiplexe Gaumont de France, et avec toute la petite famille  ( expression que j'aime pas trop du reste) sous le bras, j'en ai profité pour aller voir, dix jours avant sa sorties en salles, La reine des neiges, le fameux  Disney de Noël.

En même temps, cette appellation Disney de Noel, elle m'a semblé toujours un peu usurpée,  en tout cas depuis pas mal d'années, vu que la plupart des derniers Disney, soient parce qu'ils sortaient en plein été ("Rebelle"), soit parce qu'ils n'avaient rien d'un conte magique et féérique ( "les mondes de Ralph") n'avait pas grand chose que l'on peut et doit attendre d'un Disney de Noel.

Avec cette reine des neiges, 53e long métrage animé des studios Disney, qui marque les retrouvailles du studio avec les contes d'Andersen, 25 ans après "La petite sirène", on peut dire que le studio d'animation a enfin parfaitement réussi son vrai Disney de Noel, réussissant à allier modernité avec une 3 D très réussie et qualités des très bons anciens Disney.

Pour notre part, comme on venait juste de revoir cette Petie Sirène en Blu Ray, on a pu ainsi prolonger le charme de ces deux grands disney, cette reine des neiges se hissant largement au niveau de la première adaptation "disneyenne" d'un conte d'Andersen.

Les auteurs ont donc pris beaucoup de libertés avec le conte original (un conte écrit en 1844, le plus long de son auteur), dont les deux personnages féminins -- Gerda et la reine de neiges -- sont devenues pour les besoins du film les soeurs et princesses Elsa et Anna.

La-Reine-des-neiges-2

Elsa, qui a le pouvoir de transformer en glace tout ce qu'elle touche, s'enfuit de son royaume après l'avoir par erreur condamné à un froid glacial et éternel. Anna décide de partir à sa recherche, avec l'aide de Kristoff, un brave et séduisant roturier, et Olaf, un hilarant bonhomme de neige rêvant de chaleur et de soleil, ce qu'il déclame dans un passage chanté absolument délicieux.

En effet, si lors des précédents Disney, j'étais frustré de la quasi absence des passages chantés, cette Reine des neiges m'a parfaitement comblé sur ce point avec quasiment une dizaine de passages chantées, et même si je suis persuadé que ces scènes sont bien plus belles encore en version originale (la traduction française est un peu cucul sur un ou deux morceaux surtout au début (notamment le très harmonieux thème principal, "For the first time in forever", qui se transforme en un maladroit "Je vais fêter ce renouveau" ), dans l'ensemble les partitions sont vraiment très réussies et certaines scènes vraiment jouissives (à part celui du soleil d'Olaf, la chanson avec les trolls, expert en amour est géniale). Et, lors de ces scènes musicales, là, sincèrement, il faut reconnaitre que la magie des Disney de Noel ancien était bien présente, et a pris à la gorge, et enfants et parents.

 Et le dessin animé bénéficie aussi d'un autre gros atout, à savoir l'excellence des décors norvégiens du film, largement inspiré du conte éponyme d'Hans Christian Andersen, que la 3 D (la petite, qui avait son premier contact avec la 3 D éprouvé les pires difficultés du monde à garder ses lunettes sur le nez) rend encore plus belle et majestueuse encore, portée notamment par des couleurs changeantes, subtiles et nuancées.

La-Reine-des-neiges-5

Mais outre l'excellence des chansons et des décors, la réussite de cette Reine des neiges tient aussi à son scénario diablement intelligent et tout plein de rebondissements.

 La princesse Elsa, la soeur ainée toute gentille de l'épilogue; dotée de pouvoirs sur les éléments, soudainement surpassée par ses dons qu'elle ne parvient pas à  maîtriser  à la moindre contrariété, devient alors une sorcière, obligée de fuir pour échapper à la  colère  de son peuple.  Ce changement de personnalité dans un des personnages principaux (et qu'on a également avec un personnage secondaire, mais chut, on ne dévoile pas une autre belle surprise du film), rare chez Disney, est une très belle idée des scénaristes, soustrayant  ainsi le film à tout risque de prévisibilité et de mièvrerie. 

La Reine de Neige possède également des personnages bien campés et richement dessinés (notamment ces sympathiques compagnons de route d'Anna au cours de son périple, comme ce robuste montagnard et son renne à la personnalité bien trempée, que va rejoindre un bonhomme de neige au comique irrésistible. Des personnages certes plus traditionnels que celui d'Elsa, mais pleinement attachants, et qui apportent le contrepoids fantaisiste et humoristique inhérents à tout bon Disney.

Bref, en ces temps polaire (je sais pas chez vous, mais sur Lyon, on est pas loin d'un frois sibérien depuis pas mal de jours), cette "Reine des neiges" promis à un carton en salles, est le dessin animé idéal pour toute la famille, à voir absolument maintenant, ou pendant les vacances de Noël, quand le temps sera encore plus -si cela est possible- au froid et /ou à la neige...