Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Baz'art  : Des films, des livres...
13 mars 2016

Le chant du merle : un petit film fragile et sensible

 

chant merle

Sorti mercredi prochain, le 16 mars,  d'un "petit" film- sur le plan du budget et de son circuit de distribution qui aura fort à faire pour exister dans la jungle des sorties, entre Kad Merrad , Daniel Auteuil (pour les grosses sorties françaises) et Michael Shannon ou Benicio del Toro pour les - plus emballantes- sorties US..

Je veux parler du chant du merle, le second  long métrage   de Frédéric Pelle, un long métrage non sans défaut mais qui a le mérite d'être doux, délicat, sensible, à l'image de son héroïne, la formidable Adélaïde Leroux, révelée il y a maintenant dix ans par le Flandres de Bruno Dumont, et qu'on avait un peu oublié depuis, malheureusement.)

Protégé du cinéaste René Feret qui est décédé en avril 2015, on voit d'emblée ce que Frédéric Pelle doit à son mentor, qui l'a d'ailleurs aidé à écrire les dialogues du film.

le-chant-du-merleSix ans après  son premier long métrage, La tête ailleurs.  Pelle a écrit le scénario de se second long avec sa compagne Orlanda Laforêt et  ressemble beaucoup au cinéma de  René Féret,  pour son coté artisanal, pris dans le bon sens du terme, à savoir un film qui privilégie avant tout l'authenticité- mélangeant notamment comédiens professionnels et amateurs- et la sincérité à l'épate et au cynisme.

 Comme dans la plupart des films du cinéaste de Bapteme, "Le chant du merle" possède un versant  documentaire non négligeable avec un récit qui  s’inspire de la véritable histoire d’une serveuse d’un hôtel restaurant de CorezeAubazine  et dans lequel Le chant du merle a été tourné.

Mélangeant avec habileté fiction et réél - on voit l'héroine du film suivre les cours d’un club d’ornithologie qui existe vraiment et dont l'animateur joue son propre rôle dans le film- le chant du merle ne raconte évidemment rien de transcendant ou d'exceptionnel, en s'attardant au portrait d'une jeune fille un peu transparente, qu'on ne verrait pas forcément dans la vie de tous les jours, mais ces petits riens de la vie d'une anti héroine touchante et fragile  sonnent terriblement justes et  parviennent facilement à toucher la corde sensible du spectateur.

 

le-chant-du-merle-12-620x331 Au fur et à mesure du film, l'intrigue prend une tournure plus sentimentale, notre héroine rencontrant un représentant de commerce charmeur et  baratineur, et ce Chant du Merle se pare ainsi de reflets flauberiens- on pense en effet à une Emma B., mais tout en gardant ce naturalisme et une volonté du cinéaste de mettre en valeur les habitants et les paysages de ce coin peu connu de la France...

Entourant la formidable Adélaide Leroux, on reconnait quelques visages plus ou moins connus du cinéma français, tels que la toujours impeccable et lyonnaise- ce qui ne gache rien- Myriam Boyer dans le rôle de la mère d’Aurélie  ou encore  Patrick d’Assumçao que j'ai trouvé plus convaincant dans le rôle du patron de l’hôtel dans lequel Aurélie travaille  que dans L’inconnu du lac d’Alain Guiraudie, qui l'avait révélé au grand public....

Sans longueur exessive, (80 minutes), Le chant du merle est un « petit » film,  certes parfois maladroit, mais au final vraiment touchant.   

Commentaires
A
J'avoue que je n'arrive pas très bien à voir de quel type de film il s'agit. Je verrai s'il peut trouver de la place dans mon emploi du temps !
Répondre
P
Un « petit film » que tu vends très bien. Comme tu le dis, il risque de passer un peu inaperçu au regard des grosses sorties de la semaine prochaine. C'est tout de même étrange que ce film me tente plus que celui de Merad, va comprendre ! ;)<br /> <br /> <br /> <br /> Par contre, il y a une petite coquille dans ton article, Flandres n'a pas été réalisé par René Feret mais par Bruno Dumont. Ça m'a fait tiquer parce que je déteste ce film :)
Répondre