defaite

  "Notre société pousse de plus en plus loin l'automatisation des tâches, met tout en œuvre pour faire baisser les coûts et accroître la cadence, réduit du même coup comme jamais les possibilités de travail, puis jette l'opprobre sur ceux qui n'en trouvent pas »

 "Comme chaque fois que je suis nerveux, de petites douleurs insaisissables mais opiniâtres commençaient à me ronger les articulations, et j’avais hâte de m’immerger. Malgré la chaleur qu’il faisait dehors, j’ai fait couler de l’eau brûlante : je voulais disparaître dans la vapeur, et j’ai pensé qu’ainsi l’eau serait encore à la température que j’aime lorsque j’irais dormir".

 Toujour la littérature française mis en avant en ce 14 juillet avec le dernier Prix orange auquel notre blog est associé depuis deux ans.

Après le roman de Fany Chiarello "Dans son propre role" en 2015- voir notre chronique-, le jury du Prix Orange  a choisi cette année de plébisciter le roman Défaite des maitres et des professeurs, écrit par Vincent Message, romancier de science fiction, alors que les autres romans de la sélection finale étaient plus traditionnels, (avec notamment dans la sélection de grands livres, le dernier roman de Laurence Cossé sur l'arche de la défense, ou encore , le Grand Marin l'épopée maritime de Catherine Poulain). 

Oui, un vrai roman de SF, avec des extraterrestres qui ont envahi la planète Terre et soumis l'espèce humaine à son aliénation, paru chez Seuil, en littérature blanche, Un ouvrage ambitieux et audacieux, une  fable écologique destinée à nous faire réfléchir  sur ce que nous imposons aux animaux et au vivant pour notre confort.

Vincent Message imagine ainsi un monde où des extra-terrestres décident de coloniser la Terre- trame lamba de SF,  des aliens réduisant les humains en esclavage   une planète Terre où les maîtres sont ses extra terrestres qui nous ressemblent comme des frères., mais animés d'intentions malveisantes 

 Si la critique sur la facon que les humains ont  de traiter les animaux pourrait faire penser à une charge pas trop subtile à la Aymeric Caron, le pamphlet est finalement  plus large car s'attaque, par exemple, au monde du travail et à l'ostracisme dont se trouvent victimes les chômeurs.discours éminemment plus profond sur une société malade, tellement carnivore qu'elle en devient cannibale  en état de mort économique politique et aux valeurs morales éteintes.

Une réflexion qui parvient in fine à éviter le manichéisme attendu sur les rapports entre les espèces, certaines dominantes, d'autres dominées roman est dur, noir, totalement désespérant, duquel toute lueur d'espoir. .. Pour les fanas de science fiction inteligente et profonde, assurément un des bons livres de ce début 2016..