Baz'art  : Des films, des livres...
25 octobre 2016

Festival Lumière 2016 : Le géant de fer, ce bijou méconnu de l'animation

 Afficher l'image d'origine

  Le géant de fer,  qui a été présenté cette année en séance des enfants du mercredi du dernier Festival Lumière ( allez je commence à écluser tous mes articles liés au festival, on tient le bon bout) est au départ un best-seller de la littérature britannique  pour enfant, et il est l'oeuvre du poète Ted Hughes, fils de  la poétesse américaine Sylvia Plath.

Le livre inspira Pete Townshend, des Who, pour son opéra-rock éponyme, puis le producteur de théâtre Des Mc Anuff développa à la fin des années 90, le projet de film avec les studios Warner et proposa à Brad Bird, ancien animateur de Disney, de le réaliser. 

 Premier film de Brad Bird, réalisateur ensuite  de "Ratatouille", "les Indestructibles", ce géant de fer a conservé  l’esprit de l'oeuvre initiale, c’est-à-dire une fable anti-guerre prônant les vertus de l’autodétermination.

Alliage fabuleux des  thématiques du cinéma traditionnel (guerre froide, paranoïa, réponse armée…) et du cinéma d’animation, cette histoire d’amitié développe  un peu à l'instar du ET de Spileberg les thèmes de la différence, de l’acceptation, de la protection et de l’apprentissage, mais aussi de la violence....

geant-de-fer-1999-05

 Cette pièce maîtresse de l'animation, cruellement méconnue  ne devrait bientôt ne plus l'être comme l'a confirmé cette projection lors du Festval Lumière. en effet, à sa sortie le long métrage  avait reçu de belles critiques mais n'avait pas tellement bien  marché auprès du public- problème de stratégie commerciale du distributeur visiblement, mais  au fil des années, a accru une belle réputation du film  après des passages répétés sur la télévision américaine.

Le géant de fer  a désormais  un côté culte auprès de pas mal de cinéphiles,  qui devrait être confirmé avec sa  nouvelles sortie en salles le 7 décembre prochain- comme nous l'a annoncé le distributeur français de Warner Bros présent ce jour là à la Halle Tony Garnier , dans une magnifique copie restaurée.

Une copie restautrée par la Warner Bros et  qu'on a pu voir  en l'état, ce mercredi là dans une halle Tony Garnier remplie d'enfants d'abord un peu indiscipliné puis très vite sous le charme et l'émotion de ce bijou du cinéma d'animation.

 Débarqué de l’espace dans l’Amérique paranoïaque des années 1950, le géant de fer est perçu comme une attaque ennemie, il faut dire que le pays est alors en pleine guerre froide et n'en est encore qu'aux balbutiements de la conquête spatiale. La dureté  intitiale du propos est  largement compensée par un humour explosif, des décors splendides, inspirés de grands peintres comme Edward Hopper (les couleurs automnales des paysages du Maine), dans un format Scope absolument fabuleux et superbement mis en valeur par l'écran aussi géant que celui du titre de la Halle Tony Garnier.

Qu'est qu'on l'aime, ce personnage du géant de fer,  tant il s'avère terriblement attachant, avec ses 20 mètres de haut et son appétit féroce pour la ferraille en tous genres, avalant par centaines de metres des pylônes électriques et autres voies ferrées ..

Forcément, vu l'empathie qu'on a eu pour lui,  le dénouement, aussi déchirant que celui d'ET, fera venir des larmes chez tous les spectateurs grands et petits comme il a ravagé l'assistance de cette séance enfants, les sanglots d'enfants pas toujours habitués à voir de tels chefs d'oeuvre en salles résonnant dans le hangar de la Halle . 

Brad Bird ne s'embarasse pas de fioritues, il arrive à aller de suite à l'essentiel, en toute simplicité, tout en développant l'intrigue avec une rareté déconcertante dans le genre, bref on a affaire là à un vrai modèle du genre. 

20161008_131645

Et ce magnifique dessin animé a fait aussi prendre conscience,  mine de rien, aux enfants présents ce jour là,  du contexte géo politique de l'époque , celui de la fin  des années 1950 et de la Guerre Froide, période de tensions entre les deux blocs occidentaux où les populations craignaient la guerre nucléaire et la paranoia- représentée ici par un agent du gouvernement odieux à souhait- à son comble . 

 Le Géant de Fer est un très beau film d'animation, un petit bijou dans le genre,  qui nous démontre que Brad Bird avait déjà beaucoup de talent dès son premier essai.

Et surtout cette  pépite  nous  ramène inexorablement à notre plus tendre enfance et constitue  une oeuvre tout à fait délicieuse pour les sens et pour l'esprit qu'il faudra absolument voir en salles lors de sa ressortie en décembre prochain..

 Extrait [1] Le géant de fer

Commentaires

Webzine crée en 2010, d'abord en solo puis désormais avec une équipe de 5 à 8 rédacteurs selon les périodes. l'objectif reste le même : partager notre passion de la culture sous toutes ses formes,ciné, livres, musique,interviews, spectacles.

 

Envoyer un mail à l'adresse suivante : philippehugot9@gmail.com 

Visiteurs
Depuis la création 7 502 993