140098_couverture_Hres_0 « J’avoue que cela m’aidait  à ne pas leur sauter dessus. Les filles défoncées, merci bien. Soit elles en font beaucoup trop, soit elles ne font plus grand-chose. Dans les deux cas, je ne suis pas très fan. »

Dino a quitté sa triste cité lyonnaise des Buers (plutôt à Villeurbanne pour ceux qui connaissent), il y a une vingtaine d’année pour aller vivre du côté du Luxembourg.

 Là, il a rencontré une dame, plutôt un bon parti, âgée de trente ans de plus que lui, et vit à ses crochets, ce dont il semble assez bien s’en accommoder.

 Enfin, cela c’était avant qu’un banquier ne lui renvoie sa triste condition de gigolo à la figure et que Dino réagisse pas un tabassage en règle du dit banquier…

 Une   seule solution s’offre à notre sympathique gigolo : la fuite, et le lieu de celle-ci sera vite trouvée : direction un camping de Saint Tropez où Dino va faire la connaissance d’un écrivain mondain  désillusionné…tout n’irait pas trop mal si une vague de meurtres ne se mettait à tenir la cavale de notre cher Dino…

 Jacky Schwartzmann.est un auteur de roman policier lyonnais que je n’avais pas encore eu l’occasion de découvrir.

c'est désormais chose faite avec cette pension complète, publié en octobre 2018 qui semble, selon les habitués de la bibliographie de l’auteur dans la même ( trépidante) veine que ses précédents romans.

On est ici un peu dans la même veine que le jouissif film  "Monde est à toi" version littéraire  avec un polar burlesque aux personnages bigger than life, aux situations hautement rocambolesques et au style virevoltant, sans le moindre temps mort.

On comprend vite que l’intrigue policière  n’est pas vraiment crédible et n’est qu’un prétexte pour servir de décor à un récit aussi déjanté que désopilant…

 Les amateurs de comédie policière seront comblés tant Jacky Schwartzmann maitrise parfaitement ce style plein de dérision  que de mordant.

 Et malgré le coté léger de la charge, l’auteur n’oublie pas de porter un regard assez acéré sur nos contemporains et sa critique de la société de consommation ne manque pas de piquant.

Bref un vrai plaisir de lecture pour bien affronter la morosité de l’hiver qui s’annonce !