tete2

Notre Tété national ,  célébré  il ya plusieurs années désormais par ses mythiques  "Fils de cham" et "à la faveur de l'automne" , on l’avait retrouvé avec grand plaisir  en très grande forme,  il y a deux ans avec ses chroniques de Pierrot lunaire.

Un album concept où l’ensemble des titres racontait   l’histoire d’un homme de 40 ans qui ne se reconnaissait  plus dans le monde actuel  dans lequel il vivait, cette société de surconsommation et de stress permanent et surtout  un album dans lequel après une parenthèse pop pas très convaincante,  il revenait aux sources du blues et du folk, et le cas échéant, à ses premiers amours.

Une voie qu’il prolonge avec son nouvel album, « Fauthentique » , qui sort dans une semaine et qu’on a eu l’occasion d’écouter en amont pour notre plus grand plaisir tant  Tété, la quarantaine franchie,  est  toujours dans une forme musicale éblouissante .

Il nous  prouve ainsi, comme il a tendance à le dire dans ses interviews,  qu’ » il n'existe rien de mieux que le blues et le folk, des musiques de la ruralité, pour revenir à l’épure. »

tete

Là encore, Tété nous offre un  disque où tous les morceaux se répondent les uns aux autres autour d’un thème central, celui de la falsification, et des  fake news (d’où le fauthentique du titre) et là encore le folk et le blues irriguent tous les morceau.

Ce septième album studio montre la grande  fidélité de l’artiste  à ses valeurs musicales et à un propos où l’intégrité et la simplicité l’emportent largement.

Une nouvelle fois, la plume de Tété est particulièrement en verve pour décrire avec la petite dose de cynisme et  de lucidité nécessaire le constat, accablant mais jamais morose, d'une civilisation sur le déclin.

Car à travers cette épopée du faux, c'est à une critique de la société de la fraude que Tété se lance.

L'artiste brocarde cette dématérialisation de rapports humains (oui oui on peut être blogueurs et drogués aux réseaux sociaux et le déplorer : o),  consumérisme et réseaux sociaux toujours plus inquisiteurs et intrusifs (le bien à propos  Week-End Sans dont Tété nous vante les vertus)  avec cette  lucidité,cette ironie et cette profondeur qui sont sa marque de fabrique.

 Témoin ce "King Simili" dans lequel il raconte la vie du plus grand faussaire de tous les temps.

Au niveau de la couleur musicale de l’album, Tété opte pour le choix du minimaliste et de la sobriété bonnes influences de la nouvelle Orléans et il a tout bon : Grace à ce parti pris musical entre blues et folk, le dépouillement sonore  des arrangements permettent l à la voix d’être particulièrement présente et limpide et de raconter ses histoires avec  ce même mélange d’investissement et d’un certain  détachement qui ont souvent fait sa marque de fabrique.

Plein de malice et de clairvoyance, ce Fauxthentique est parfaitement en phase avec notre  époque et l’ensemble illustre à  merveille le talent de mélodiste et de conteur de Tété.

On pourra prendre exemple, en cette période des soldes, le très entêtant Tout Doit Disparaitre, avec son refrain obsédant et ses paroles ambivalentes et ironiques (« Au prix où sont les roses, Autant se dire les choses, Souvent quand c’est gratuit, Cherche pas c’est toi l’produit. »). 

Une production aussi  épurée que lucide et  sincère. dont on louera aussi le talent de la promotion où Tété –et l’équipe marketing de son label- joue sur le côté fake news en instillant des fausses informations (qui pourraient être vraies) sur la carrière de l’artiste et ses actus à venir..  Fauthentique. Peut-être ..mais vrai talent c'est certain !!!

EN CONCERT LE 27 MARS 2019 A L’ÉLYSÉE MONTMARTRE – PARIS 

 Date de sortie de l’album : 1er février 2019