Versus - Affiche 1200x1600-1©Tristan Tortuyaux

On en avait parlé il y a un mois, lors de notre interview avec son réalisateur François VALLA  :le film "Versus", qui sort en salles dans moins d'un mois,  pourrait bien par ses déflagradations, envoyer par dessus bord toutes les conventions du cinéma français traditionnel.

Ce premier long métrage de François Valla, réalisateur venu des Beaux Arts et remarqué avec plusieurs courts métrages, est une oeuvre sensorielle assez épatante, mélange de teen movie à la Harmony Korine ( on pense pas mal à un Spring Breakers français)  et de série B horrifique à la John Carpenter.

Long métrage organique et intense, le film de François Valla prend un virage étonnant dans le cinéma de genre dans sa dernière partie, et le geste est assez radical pour un film français pour être souligné ...

 

Lola et Jules©Tristan Tortuyaux

Versus nous plonge dans les traces d'Achille, un bel adolescent parisien issu d’une famille aisée, victime d’une agression violente dans un bus parisien.

Envoyé en vacances en bord de mer pour  tenter se reconstruire, il va  rencontrer Brian, un jeune homme  mystérieux, animé d'une rage intense..Leur confrontation fera des étincelles, mais qui en sortira vainqueur? Là réside l'enjeu du film...

La peinture de la jeunesse que François Valla dresse, à travers son premier long métrage, est largement plus  sensorielle et organique que psychologique, et s’appuie en priorité sur les corps pour exprimer les sentiments et  bouillonnement intérieur  qui anime les personnages.

A ce titre, le dispositif de la toute première séquence (l'agression dans le bus), filmée en grande partie à travers les caméras de surveillance, raconte d'emblée comment Versus va  progressivement immerger les personnages vers une animalité de plus en plus radicale.

Jules Pélissier_arme©Tristan Tortuyaux

Le formaliste clairement assumé de François Valla parvient à rendre le décor, a priori féérique du  Cap Ferret, sombre et anxiogène . A ce titre, le travail du directeur de la photographie, Tristan Tortuyaux, rendant les scènes nocturnes d'une grande beauté, est grandement à saluer.

La musique de  Benoit Villeneuve et Benjamin Morando tient une part importante du dispositif cinématographique du film ,  accompagnant parfaitement  la descente aux enfers de ces jeunes à la dérive .

versus©Tristan Tortuyaux

Certes, Versus, qui a été exceptionnellement réalisé sans l’aide d’aucun « guichet » classique (ni le CNC, ni une collectivité, ni aucun diffuseur n’a financé le film), souffre sans doute de moyens trop contraints pour que le résultat soit totalement à la hauteur de la folle ambition de François Valla, si on le compare notamment à "Revenge" ou "Grave", d'autres  premier films français récents qui marchaient sur les rives du cinéma de genre, et qui bénéficiait de moyens plus larges.

Mais l'ensemble reste d'une telle belle facture et dans son ambition et dans son geste que le bilan d'ensemble est largement positif.

Gageons  que le film, emmené par un fort désir de cinéma,  saura séduire les spectateurs qui l'auront vu et servira de belle carte de visite aux futurs projets de François Valla. 

 

Lola Le Lann©Tristan Tortuyaux

 

 

 

 VERSUS /AU CINÉMA LE 8 MAI  2019/France - Drame - 2019 - 80 min

REALISATION : François Valla

AVEC : Jérémie Duvall, Jules Pélissier, Lola Le Lann, Karidja Touré, Victor Belmondo, Benjamin Baffie, Matilda Marty