les_yeux_rouges_9782021429053_hd

 

"Et à part ça, comment j'allais? Je ne devais pas faire attention aux commentaires dénigrants sous son statut, il y avait parmi ces contacts pas mal de gens auxquels les médias du régime donnaient des furoncles et ne faisaient pas la disctinction entre le médium et le message, mais il était d'accord ce n'était pas une raison pour m'insulter. Il en avait secoué un, qui avait écrit " une bonne tête de suceuse", commentaire qu'il avait immédiatement effacé, car il ne pouvait le tolérer, en tout cas à mon propos."

Une chroniqueuse de radio publique ( dont on connaitra jamais le nom) reçoit un message facebook émis par un certain Denis, qui alimente parralèlement une page " Denis la menace",  dans lequel il donne ses coups de gueule contre l'ehstablissement et le politiquement correct.

Marié, père d'un fils de 50 ans, punk anar de convictions, Denis semble plutôt courtois dans ses premiers échanges à l'égard de son interlocutrice, si ce n'est qu'il semble afficher déjà une drague sexiste un peu lourdaude et qu'il a le mauvais goût d'illustrer tous ses propos d'émojis particulièrement puérils.

Sauf que rapidement, devant le peu de réaction de la jeune femme, Denis va devenir une véritable menace qui va rendre notre journaliste de plus en plus craintive et apeurée.

 Les yeux rouges raconte une histoire très contemporaine de harcelement en ligne. 

La romancière belge Myriam Leroy, à qui cette tragédie est vraiment arrivée il ya quelques années,  raconte de façon vraiment singulière ( tout en discours rapporté ) le mécanisme implacable du harcèlement en ligne, mettant le lecteur dans une position particulièrement incorfortable..  

La violence virtuelle fait elle aussi mal que la violence physique? Peut-on blâmer la lacheté et le manque d'implication des proches, des institutions ( judiciaires, policières, médicales) qui n'ont jamais vraiment pris le pouls d'un phénomène récent  assez impalpable? Est-ce que la liberté d'expression véhiculée par les réseaux sociaux n'engendre t elle pas un reflux de haine et de discours xénophobe et liberticide qui était mieux enfoui auparavant? Est ce que l'affaire Weinstein, dont les effets va permettre de lutter plus efficacement contre ce harcèlement odieux dont sont vicitimes les femmes?

Dans «
Les yeux rouges
», Myriam Leroy installe son histoire sans aucune ostentation, avec une énergique et efficace sobriété, ajoute au délétère, au toxique de la situation.

 Crédit photo : Astrid di Crollalanza

Dans ce récit bref et  implacable, Myriam Leroy  tente de répondre à ces interrogations sans jamais porter de jugement et de réponses toutes faites.

Surtout, elle dénonce ce mécanisme insidieux et implacable de l’agression  tellement humiliante de ce harcèlement en ligne et pose un regard indirect qui  lui donne une dimension mi ironique mi distanciée et instaure un climat aussi opressant que paranoïaque.  

Un excellent roman, dont la sélection dans les 15 romans du prix Médicis fait bien plaisir et semble totalement méritée ...

 

Les Yeux rouges, Myriam Leroy - rentrée littéraire 2019 éditions du Seuil