mazel tov

"Il commença à rougir, mais se ressaisit.Je n’avais pas eu conscience de sonner chez eux un jour de fête, et j’avais encore moins idée de la fête en question. Cependant, quand j’avais constaté à la porte d’entrée que personne ne touchait à l’interphone et qu’un peu plus tard Simon était venu lui-même m’ouvrir puis n’avait pas pris l’ascenseur – Schindler – mais l’escalier, je sus que j’avais foulé aux pieds leurs règles sans le vouloir."

 

 Mazel Tov  est le récit de  la journaliste Margot Vanderstaeten qui revient sur ses années pendant lesquelles elle a donné des cours de soutien scolaire aux enfants Schneider, une famille juive orthodoxe à Anvers .-

Elle est, athée et vit en couple avec un iranien. alors que les Schneider ont leur  quotidien constamment rythmé par leurs règles et leurs coutumes.

Tout les sépare, y compris leur condition sociale : elle passe son temps à bosser pour joindre les deux bouts, ils sont plutôt aisés.

Mais Margot va peu à peu commencer à s’attacher à eux en développant une relation de confiance et de plus en plus importante avec Elzira, jeune ado dyspraxique à qui elle apprend à faire du vélo.

L’ombre de la Shoah plane sur cette famille (65% des juifs d’Anvers ont été déportés) et comme le souligne Mr Schneider, leur attachement très fidèle à toutes les règles est une réponse à cette tragédie. S’ancrer dans la tradition comme un refuge.

Mazel Tov démontre une  volonté de comprendre l’autre, cette ouverture, ce pas vers autrui, même quand on a des visions très opposées de la société et de la vie, même quand on n’est pas d’accord sur tout.

Le récit est terriblement   émouvant,  et une bien belle leçon de vivre ensemble qu'on vous incite vivement à découvrir

 

MAZEL TOV ! Margot VANDERSTRAETEN

Edition presses de la cité 

Isabelle Rosselin (Traducteur)
Date de parution : 10/10/2019