Le film devait normalement sortir en VOD mais finalement vu le report de pas mal de sorties de films américains prévus pour cet été, UNiversal Picture a  changé son fusil d'épaules et décidé de sortir en salles depuis mercredi dernier Irresistible de Jon Stewart. 

Une sympathique satire politique portée par un Steve Carrel en grande forme qu'on vous analyse de suite :

106496785_10158619821225097_2564404391059722186_o

  Lorsque qu’un stagiaire lui montre la vidéo, devenue virale sur Youtube, où l’on voit un ancien colonel des Marines river son clou au maire Républicain d’une petite ville sinistrée du Wisconsin, Gary Zimmer en est certain, il tient son nouvel instrument politique.

Un redneck aux propos humanistes,un bouseux démocrate, bref un homme qui représente l’Amérique profonde la plus “authentique” – celle qui a élu Donald Trump – pourrait porter les couleurs Démocrates aux prochaines municipales.

 featured_irresistible-1050x700

Un joli coup médiatique pour un communiquant professionnel de la politique politicienne et médiatique, mais Gary va devoir mettre les mains dans le cambouis ( dans la bouse) car  Jack Hasting, têtu comme un militaire à la retraite, va se trouver beaucoup plus difficile à manipuler que prévu.
Comédie post Trump, on pourrait s’attendre à une énième histoire du froid technocrate touché par la chaleur humaine de l’Amérique profonde ou bien l’éternel combat, un peu populiste, de la sagesse campagnarde versus l’inhumanité urbaine, certes il y a un tout petit peu de cela dans “Irrésistible”, mais Jon Steward utilise ces clichés scénaristiques pour déconstruire habilement le système électorale de son pays.
Portrait doux amer d'un  système  qui ne prête qu’aux riches candidats, il y a évidemment un peu  de “Mr Smith au Sénat”  ou de “ Bienvenue Mister Chance” mais le film, plutôt vachard,   pourrait aussi rappeler “Alice et le maire” ou “ The Truman Show”.
Irresistible: le film de Jon Stewart obtient une nouvelle date de ...
Cette petite comédie vacharde, sans doute pas aussi irrésistible qu'annoncée sur la communication politique,  est en fin de compte  un plaisant voyage dans l’Amérique profonde qui, justement, va plus loin que les clichés habituels..
Il  y a aussi un twist final qui relève la sauce.... du genre tel est pris qui croyait prendre et plusieurs fins qui justement montrent bien qu’il faut parfois que “tout change pour que rien ne change....”
“Irrésistible” ne va pas révolutionner la comédie sociale et politique d’Hollywood, mais les acteurs sont parfaits et le scénario, malin, réserve quelques surprises aux spectateurs.