127862482

 Présenté il y a quelques semaines  au festival Lumière dans le cadre des avant premières de Cannes 2020, "ADN", le  nouveau film  signé Maïwenn,  est resté que deux jours à l'affiche avant de se voir retiré des salles, confinement national oblige.

 Dans ce  drame  sur la famille et les origines, la réalisatrice de Polisse ou Mon roi partage l'affiche avec, entre autres, Fanny Ardant et Louis Garrel.  

Après un bouleversant Polisse et un bien plus agaçant "Mon Roi », le dernier long métrage de Maïwenn a eu toutes les peines du monde à nous convaincre.

magazine-cinema-maiwenn-adn-home-300x200

Le bien fondé d'ADN est d' interroger la question des origines dans l’identité, pesant sur le présent et le devenir.  

Ces problématiques sur la transmission sont évidemment interessantes , mais  il est vraiment dommage que ce film soit phagocyté par le narcissique effrené de sa réalisatrice actrice qui  va  choisir d' effacer rapidement tous les personnages de ce drame choral pour se concentrer  uniquement sur son personnage, accesoirement le moins interessant du film.

Prenant le parti  de ne pas développer ses personnages et de se concentrer..sur sa propre histoire, Maïwenn prend le parti d'un égo trip qui n'évite pas le  narcissisme et surtout ne réussit pas à donner à  son long métrage le coté universel qu'il faudrait pour une telle histoire . 

magazine-cinema-adn-julie-allione-maiwenn-home-300x200

Heureusement que Louis  Garrel est là pour apporter énormément d'humour et une dimension plus légère et rafraîchissant à ce drame qui n'évite pas  en dehors de ces scènes le pathos et le manque de subtilité . 

On aurait aimé être bouleversé par cette  crise identitaire plutôt interessante dans ses propos, mais on est finalement très rapidement irrités par cette hystérisation à outrance de la mise en scène et ses séquences vides de sens et qui ne fonctionnent jamais vraiment.

Maïwenn ayant depuis ses débuts ses défenseurs archarnés, ceux ci ont fort bien accueilli le film à sa sortie, mais il n'est pas certain que même  si le film ressort en salles après le confinement, une fois passé le cercle de ses contempteurs, ADN puisse toucher un très large public...