hotel-by-the-river

Sang Soo Hong est réputé pour être un cinéaste qui tourne beaucoup( trop?), tant et si bien que si on n'est pas un spécialiste de son cinéma on a  tendance à confondre tous ses films qui sortent parfois  en France à quelques semaines d'intervalle .

La presse dite intellectuelle a toujours énormément aimé le cinéma de Sang Soo Hong, s'emballant sans réserve pour cette radioscopie des sentiments souvent clinique qu'on a souvent rapproché d'Eric Rohmer, à cause de son penchant assumé pour le marivaudage léger, même si celui ci s'est nettement teinté de noir ces dernières années).

Un cinéma, qui  personnellement, nous aura toujours laissé un peu froid, en tout cas les deux trois qu'on a pu voir ( Seule sur la plage, la caméra de Claire, ou le meilleur  In another Country avec une grande Isabelle Huppert)

hélas un de ses derniers films  en date, ne changera rien à la donne..

Il a visiblement ravi les fans inconditiionnels de la première heure  qui s'y sont précipités à sa sortie et laissera largement les autres de coté .. 

Hotel by the river, photo d'exploitation 1

Cette histoire de ce vieux poète sentant sa mort prochaine et qui fait venir ses enfants dans un  hôtel qui s’appelle Heimat (le foyer en allemand), est tellement minimaliste et dans son propos et dans ses effets qu'on reste très vite totalement sur notre faim .

Extrement contemplatif.,le film ne raconte quasiment rien et on aura tout le loisir d'admirer la photo en noir et blanc particulièrement sublime notamment lors de l'arrivée de cette neige.

Les fous du cinéaste y verront une profonde réflexion sur le deuil et l'abandon, les autres ne verront qu'un long pensum peu bavard et  terriblement lent...Il ne s'y passe quasiment rien dans cet hôtel, on est bien loin de l'hôtel cher à Olivier Minne dont on vous a parlé la semaine passée..

Inutile de préciser que nous sommes dans la seconde catégorie..

Hôtel By The River sort le 2 décembre 2020 en DVD chez ESC distribution