UN SLASHER CULTE DES ANNÉES 80, DANS LA LIGNÉE DE VENDREDI 13

3D-FourCombo-SPM

 

Un serial killer trucide tout un tas de jeunes filles et de jeunes garçons post pubères très mal habillés et très mal coiffés car nous sommes en pleine année 1980.

Et comme juste avant, les jeunes filles ont eu entrainement de basket dans le gymnase de leur lycée le tueur et le spectateur se sont bien rincés l'œil durant un long traveling dans le vestiaire. Fesses callipyges et seins fermes dans les vapeurs et les embrums tièdes des douches, nous sommes en 1980,  ne l'oublions pas.

3

Le méchant, dont on ne saura rien, à part peut-être qu'il est bricoleur, utilise une perceuse avec un très, très, long foret perforateur pour ses horribles forfaits, le spectateur pourtant perspicace et cultivé ne se souvenait pas qu'en 1980, les perceuses à batterie existaient déjà. 

 Ce qu'il y a de bien aussi, se dit le spectateur, c'est que dans les soirée pyjamas tout le monde est en petites culottes ou en nuisette. 

Tout le monde ? Sauf les mâles post ados bien sûr qui matent, comme des petits salopiaut, à travers les fenêtres et le livreur de pizzas, qui évidemment ne seront pas les derniers à goûter du très, très long forêt meurtrier.

4

Une question taraude soudain le spectateur, le méchant, en plus d'être bricoleur, ne serait-il pas à voile et à vapeur ?

Et malheureusement nos jeunes héros ont aussi oublié les règles de bases du slasher, ne jamais se séparer et ne jamais dire : " attendez-moi, je reviens" lorsque l'on ouvre la porte du garage pour aller réenclencher le disjoncteur.

Bref ça va saigner ! 

Du gore historique avec un joli travail sur la photographie tout en clair-obscur, une utilisation intelligente des décors et une mise en scène plus suggestive que démonstrative, le film idéal pour une soirée  pyjamas avec plein de pop corn et limonade, mais surtout, surtout, n oubliez pas de fermer la porte du garage.

3

 THE SLUMBER PARTY MASSACRE POUR LA PREMIÈRE FOIS EN HAUTE DÉFINITION et en combo collector BR+DVD le 3 octobre 2023 chez Rimini éditions