IMG20231203113925 (1)

Collapsus de Thomas Bronnec, folio

G08128

 "Ceux qui défendent le climat sont devenus intouchables dans la France de Pierre Savidan, où la lâcheté est devenue la norme jusque dans l'appareil d'État, où l'écologiquement correct s'insinue jusque dans chaque recoin de la vie de tous les jours, jusque dans les menus des éphémères prisonniers qu'on accuse de crimes absurdes. Qui peut croire à ces fables entrées par effraction dans le droit depuis l'élection de Savidan, où l'on fait rimer écocide avec génocide pour prétendre que la Nature a autant de droits que les hommes ? "

Persuadé de l’imminence de l’effondrement et de l’urgence à agir face à la catastrophe climatique, Pierre Savidan, sorte de gourou écologiste arrivé presque par accident à la présidence de la république, met en place une politique de centres de rééducation aux réfractaires et de scoring écologique individuel pour chaque personne.

Pour sauver l’humanité, faut il en sacrifier la moitié ?  Voilà sur quel  dilemme philosophique  se fonde le tout nouveau  roman d'anticipation de Thomas Bronnec  qui n'hésite pas à y aller franco dans cette  satire politico-écologique-financière, une des toutes premières à montrer les dérives du tout écologique centré autour d'un personnage de président de la république particulièrement sulfureux . 

Thomas Bronnec, ancien journaliste politique qui s'est lancé dans l'aventure du roman policier il ya maintenant  quelques années  aime développer, sur des romans souvent denses- près de 500 pages pour celui ci-  des scénarios de politique-fiction qui font souvent froid dans le dos. 

 Collapsus qui flirte avec un scénario catastrophe plausible, est à la fois le récit implacable d'une véritable  descente aux enfers,  et le portrait sans concession d'une dérive du totalitarisme. 

"Collapsus", d'une belle efficacité narrative, montre les dérives et la solitude de l'exercice  du pouvoir et la nécessité de préserver la démocratie coute que coute.

Le roman livre, en même temps, une réflexion vraiment interessante et  les tangentes bien  difficiles à équilibrer entre démocratie, autoritarisme, dictature.

 Thomas Bronnec nous plonge, comme à son habitude,  dans les sales combines des politiques, en laissant au  lecteur un sentiment de malaise distillé tout au long de ses pages qui ressemble pas mal à notre monde actuel.

 

 Jusqu’au dernier, deon meyer folio

 

G06231

 Le capitaine Matt Joubert va très mal. Suicidaire depuis la mort de son épouse, il n'a plus goût à rien. Toutefois, l'arrivée d'un supérieur hiérarchique intransigeant l'oblige à revoir ses priorités. Cependant, deux enquêtes se profilent à l'horizon. Un braqueur de banque récidiviste donne du fil à retordre à la police tandis qu'un tueur en série défraie la chronique.

Cette  enquête brûlante lui offre une possibilité de rédemption : une série de meurtres commis avec une arme atypique, un pistolet utilisé par les Afrikaners un siècle plus tôt pendant la guerre des Boers. Joubert, épaulé par un enquêteur prometteur, Benny Griessel, se lance sur la piste de cet assassin, mais il se heurte vite à un problème de taille : aucun lien ne semble unir les différentes victimes...

Réédition chez Folio d'un des tous premiers de la série des livres de Déon Meyer, comme les suivants,  ce livre se lit très bien comme un bon polar et est une bonne introduction aux personnages attachants qui vont traverser les différents roman de l'auteur.

Ce n'est pas un thriller à twist mais plutot une enquete solide aux personnages bien campés

Chacun des romans constituant une histoire en soi et formant un tableau de l'afrique du sud post-apartheid très intéressante

pas le meilleur de son auteur mais néanmoins très interessant si on veut le situer dans l'oeuvre future d'un grand nom du polar intern