Après Cuba, Laaffiche-kyss-mig-une-histoire-suedoise Nouvelle Zélance et l'Italie, mes chroniques DVD vous emmenent aujourd'hui dans un autre pays cinématographique  où je ne vais guère plus d'une fois par an. Il s'agit de la Suède, dont le dernier chef d'oeuvre en date, Morse, réalisé par un Thomas Alfredson récupéré par Holywood  ( la Taupe, grand succès de l'année passée) remonte déjà à plusieurs années.

Ici, on n'est pas dans les mêmes sphères (mystico lyrico fantastiques) que pour Morse, puisque Kyss Mig, une histoire suédoise, sorti trés confidentiellement en aout dernier dans les salles françaises, et qui vient d'être édité en DVD chez Outplay est une jolie  et plutot banale chronique familiale, sur toile d'homosexualité féminine.

On suit ainsi une famille recomposée suédoise  comme une autre : Lasse, le père de Mia et Oskar, va épouser Elisabeth, la mère de Frida, et organise à cette occasion une fête où tous deux convient leurs amis et enfants. Venue de Stockholm où elle vit avec son fiancé depuis plusieurs années, Mia, qui rend rarement visite à son père, ne se lie pas facilement avec sa future belle famille. Surtout avec Frida dont elle apprécie  au départ peu l’exubérance…Sauf que peu à peu les deux jeunes femmes vont apprendre à s'apprécier

 Le film était donc sorti sans aucune promotion, avec simplement une ou deux critiques dans la presse  et notamment une critique de Télérama très mauvaise, et que j'ai trouvé, après avoir vu le film bien injustifié.

Certes, Kyss Mig n'est pas un chef d'oeuvre du cinéma scandinave, et même s'il peut parfois faire penser à Festen, il est beaucoup plus doux et plus modeste dans sa forme, mais a le mérite d'aborder un genre ( la chronique familiale) et un thème (le tourment homosexuel chez une hétéro) de manière plus fine que ce qu'on pourrait craindre au départ.

 Il y a dans ce film un vrai soin apporté à l'image, à la lumière ( le film est un peu à l'opposé du récent Week end beaucoup plus brut de décoffrage), et surtout une des qualités principales repose sur l'intéprétation trés solide, et notamment des deux actrices principales resplendissantes et très juste dans les regards et les troubles échangés. Le film est d'ailleurs le plus réussi dans cette partie là, cette naissance d'une relation intime et inattendue, et un peu moins dans les personnages secondaires, notamment les hommes, pas forcément épargnés par le scénario.

Ce Kiss Mig , une histoire suédoise est finalement  plus universel que ce que son titre subodore, et constitue en fait une authentique histoire de famille contemporaine partagée entre ce qui s'affiche au dehors et ce que l'on fait réellement..