Out

Le festival Quais du polar, dont on parle de plus en plus à l'approche du jour J, invite  cette année trois auteurs islandais assez épatants et issus  de toutes les générations :
Outre : l'incontournable Arnaldur Indriðason, qui fait office d’habitué qui revient avec une nouvelle trilogie dont on a déjà parlé il y a  aussi Lilja Sigurðardóttir,  dont on reparle très prochainement de son premier roman traduit en français, Piégée,   publié en mars 2017 par les éditions Métailié  et aussi Ragnar Jónasson, dont nousvenons de  lire le premier roman en français, Snjór, paru en grand format aux éditions de la Martinière puis en Poche au Cercle Points dès à présent :

poche-snjor-ragnar-jonasson-points-T-QAg4Pc

«  L’étreinte familière de l’hiver devenait plus  étouffante que jamais. Le blanc n’était plus virginal mais souillé de sang. Une chose était certaine : ce soir, les habitants de Siglufjödur fermeraient leur porte à clé »

 

Siglufjödur, 1206 âmes. Qu’il est difficile d’exister, de vivre libre tout simplement, dans une ville minuscule où tout le monde est le frère, le cousin, l’ami, le voisin de quelqu’un que tout le monde connait. Ou alors il ne faut rien avoir à cacher. Mais peut-on vivre sans avoir quelque chose à cacher ? Ari Thor, jeune policier venu de la « grande ville » Reykjavik, se rend bien compte que pas mal de secrets sont enfouis sous des couches de neige, d’aigreur et de ressentiment.

Cet écrivain célèbre qui prend sa retraite dans sa ville natale, après une vie mondaine extraordinaire, n’aurait jamais imaginé faire une chute mortelle, dans le théâtre municipal, et ce garçonnet qui découvre la voisine inconsciente et  à moitié nue dans son jardin. Il se passe finalement pas mal de chose à Siglufjödur cet hiver. Une saison où le soleil prend deux mois de vacances, alors forcément ça joue sur un peu sur les nerfs. Au fait, se demande Ari Thor, le printemps arrive-t-il vraiment jusqu’ici ?

 

Un jeune flic, une population hostile, des secrets de familles…rien de nouveau dans le polar ? Il faut bien le reconnaitre, quand une recette marche pourquoi s’en priver, c’est un peu le « Boy meets girl » de la comédie romantique. Ce qui fait la différence c’est la patte de l’auteur. Ragnar Jonasson crée un héros attachant, décrit un microcosme provincial digne des meilleurs Chabrol et nous offre un voyage au fin fond de l’Islande.

Il convoque : Agatha Christie, Simenon et Jim Thompson, Jonasson a du talent, de l’esprit et du style... Bref, franchement, que demander de plus??.

Ragnar jonasson emploie la maniere fjord

Ragnar Jónasson à Quais du Polar

http://www.quaisdupolar.com/auteurs/ragnar-jonasson/

À propos de l'auteur :

Ragnar Jónasson est né à Reykjavik en 1976. Ses grands-parents sont originaires de Siglufjördur, la ville où se déroule Snjór. Grand lecteur d’Agatha Christie dès son plus jeune âge – et plus tard de P.D. James ou Peter May –, il entreprend la traduction, à 17 ans, de quatorze de ses romans en islandais. Avocat et professeur de droit à l’Université de Reykjavik, il est aussi écrivain et le cofondateur du Festival international de romans policiers «Iceland Noir ». C’est l’agent d’Henning Mankell qui a découvert Jónasson et vendu les droits de ses livres dans près de quinze pays, dont les États-Unis et l’Angleterre.

Autobiographie pour Quais du Polar

J’étais un enfant plutôt atypique. Au lieu de jouer au foot comme tous les garçons de mon âge, je passais mon temps à lire des romans d’Agatha Christie, et à regarder des films noirs des années 1930-40. Depuis, je me suis mis au foot mais je passe toujours beaucoup de temps à lire, chez moi, en Islande, là où je trouve l’inspiration pour écrire.