A l"heure où vous lirez ces lignes, je serais depuis quelques jours et pour une bonne semaine encore à l'étranger  au pays des montagnes et plages de sable fin...

Et comme c'est vendredi( le jour de vendredi lecture), c'est l'occasion idéale  de faire aussi le plein de lectures et surtout de poches, les seuls qu'on peut glisser dans la valise..

En attendant de revenir faire le point sur ces lectures de vacances, voici 4 anciennes lectures de poche qu'on- Michel qui m'a un peu aidé une fois de plus- pas mal aidé- particulièrement apprécié ces dernières semaines :...

  1. Le songe de l’astronome Thierry Bourcy François-Henry Soulié ( 10/18) 

soulie1018

   Entre un roi et son bouffon il arrive que s’établisse parfois une complicité animale où le flair l’emporte sur la psychologie. C’était son oncle Steen Bille qui avait offert Jepp à Tycho à l’occasion de son entrée à l’université de Leipzig, comme on offre un chien de compagnie. L’oncle avait hésité quelque temps devant un dogue de Prusse mais il avait finalement opté pour le nain, qui revenait moins cher. Il l’avait troqué contre une selle de cheval à l’ambassadeur de Hollande. »

Prague 1601. Joseph Kassov, capitaine de la Garde du palais impérial à fort à faire, assisté de son neveu Mattheus il doit assurer la sécurité du château de Benatek durant la fête que donne l’empereur Rodolphe II en l’honneur du célèbre astronome Tycho Brahé. Un sacré boulot car sont attendus : l’ambassadeur du Danemark, retors à souhait, lady Margareth, mouche Elisabethaine , Le grand inquisiteur Bellarmin qui arrive tout droit de Rome, sans compter les intrigues internes au palais. En pleine guerre de religions et de succession, la maison des Habsbourg n’est  décidément pas un lieu très sûr. Méfie-toi Tycho Brahé, la Roche Tarpéienne est proche du Capitole.

polars soucysoullie

Plongée ludique et instructive dans la géopolitique européenne de la Renaissance. Époque chaotique et incertaine, l’église toute puissante fait régner la terreur. Affirmer que la terre tourne autour du soleil sent le roussi (le bucher). La cour des plus grands royaumes est un endroit plus dangereux que la plus sombre des forêts. Le colloque scientifique de Benatek qui réunit notables, penseurs, et dignitaires religieux de toute l’Europe devient un précipité d’hypocrisie, de crainte et de soumission. Hercule Poirot à la cour des Habsbourg,

Rouletabille au château, Thierry Bourcy et François-Henry Souliè ( qu'on a rencontré lors du dernier quai du Polar, voir  photo)  s’amusent en nous instruisant. « Le songe de l’astronome » polar Renaissance se lit d’une traite et le lecteur satisfait se dit qu’il aimerait bien que Joseph Kassov et son neveu deviennent des héros récurrents, ça tombe bien les auteurs ont eu la même idée.

2La cache, Christophe Boltanski ( Folio)

 

product_9782070468713_195x320

 " Bien entendu, il nous arrivait de sortir de notre vaisseau spatial pour aller voir un film, américain de préférence ou diner au restaurant. Des lieux choisis en fonction de leur facilité d'accès et de leur anonymat. Comme les cinéma Maine, Escurial, Mac Mahon, dont les salles étaient de plain-pied.

Ou de grandes brasseries bruyantes et impersonnelles telles que la couple ou la Select, située de part et d'autres du Boulevard Montparnasse, ou encore Les ministère, un établissement de la Rue du Bac.  Jamais de bistrots français, avec tables à carreaux, cuisine dite traditionnelle, bouts de chandelles et patron aux petits soins. NOus voulions nous fondre dans la masse des convives ou  des spectateurs."

Lauréat du prix Femina 2015, ce roman de Christophe Boltanski  est une histoire folle de personnes toutes plus extraordinaires les unes que les autres. On s'emmêle un peu entre les générations, on se perd dans cette maison qui est un des personnages du livre.

Quand Christophe Boltanski journaliste à Libération et fondateur de Rue 89 entreprend de raconter l’histoire de sa famille ’histoire de sa famille sur trois générations il peut se permettre  d’occulter certains trous de mémoire, voire de sélectionner les anecdotes les plus marquantes de cette enfance pour le moins rocambolesque.

Grâce à cette immersion dans un mode de vie complètement atypique le lecteur découvre des tranches de vie extravagantes et pour le moins inattendues avec cette famille excentrique qui ouvre une belle reflexion sur l'héritage et notamment l'héritage de la peur qu'on transmet entre générations.

«En près d’un siècle, ce récit a dû être raconté quelques dizaines de fois, par un nombre limité de personnes, cinq ou six, au maximum. Avec le temps, il a acquis la force d’une légende, d’une fable débarrassée de ses défauts, lissée par des années de manipulation. "

Mi saga familiale, mi  biographie romancée  avec une  galerie de personnages haut en couleurs, cette chronique famililale traverse un siècle tout en suivant les aventures quelquefois très rocambolesques, mais ô combien romanesques, de ce livre cocasse et croquignolesque à souhait!!

3. L'intérêt de l'enfant, Ian Mc Evan ( Folio) 

interet

Un enfant ne devrait pas se laisser mourir au nom d'une religion […] la vie d'Adam est plus précieuse que sa dignité".

 Fiona, magistrate anglaise, réputée infaillible, est soudainement  confrontée à une crise conjugale,  et dans le même temps, elle doit également gérer un problème de transfusion sauguine, dont un jeune garçon atteint de leucémie  et ses parents refusent par principe religieux, la famille étant témoin de Jehovah.

Voilà un court récit, bref et profondement intelligent que nous livre Mc Evan dans sa dernière livraison, un texte d'une puissance rare,  dans lequel problèmes juridiques et moraux s'entremêlent : à 17 ans, a-t'on la liberté de choisir son traitement médical sans subir sous l'influence des parents ? Doit-on  guérir de force un presqu'adulte qui refuse de se faire aidé ?

Dans ce roman concis, d'une retenue  qui n'empeche pas l'émotion et la poésie subvenir, McEwan développe ces thématiques dans toute sa complexité avec une grande délicatesse et une gravité impressionnante et prouve une nouvelle fois sa capacité à varier les styles et les thémes d'un roman à l'autre.

 Avec une histoire qui pourrait sembler personnelle, Mc Evan réussit à à tisser un récit totalement universel qui nous pousse à réfléchir  la conséquence de nos décisions et les certitudes qui peuvent s'ébranler, même à 60 ans.

Avec une élégance et une force incroyable, Mc Evan fait rencontrer la poésie et la justice et deux personnes qui semblaient être à des années lumières l'une de l'autre et dont la rencontre va faire des étincelles, notamment pour le lecteur.

 4. Meyer et la catastrophe, Steven Boykey Sidley  ( 10/18)

 

meyer

 "- Il est gravement malade?

- Mourant.

- Merde, que va faire ta mère? Je veux dire, après...

- Elle mourra à son tour

Je ne sais pas quoi dire de plus.Je suis navré pour elle, mais en bon égoïste, je ne peux m'empecher de me dire lugubrement que ce n'est pas le genre de conversation que j'aurais aimé avoir avec elle."

Révélation des lettres américaines- qui habite actuellement en Afrique du Sud, Steven Boykey Sidley a  livré en 2016 en France deux romans publié chez Belfond qui mettent en avant son humour dévastateur et sa belle émotion, entre sens de l'absurde et réflexions métaphysiques.

Grand provocateur devant l'éternel, son univers oscille entre un Philip Roth et un Woody Allen en plus contemporain..

Steven Boykey Sidley explore avec talent la crise de la quarantaine, le tout est traité avec humour, distance, profondeur existentielle , des ingrédients que ne renieraient pas les génies pré- cités.

Le premier de ces romans paru en France:” Meyer et la catastrophe”  nous montre un Meyer très  angoissé. Mais ' en même temps, cette angoisse n'est elle pas "la seule réaction saine que l'on puisse avoir face au monde qui nous entoure?". 

C'est vrai quoi, il possède  un bon job, concepteur de logiciels, mais un patron odieux. Divorcé deux fois, deux enfants, il partage la vie d'une jeune femme mais sans enthousiasme. Saxophoniste, il ne fait que des petits concerts de quartier.

Son angoisse se verra plus que justifiée puisque de grands malheurs s'abattront sur lui. Ce livre est parsemé de remarques fort intéressantes sur le monde dans lequel nous vivons .

" Il y a des gens qui mènent une existence construite à la manière d'une superbe tapisserie ", ce qui ne semble pas etre le cas de notre héros qui, résigné, finira par danser sur "ses amours, ses vies, ses pertes, ses héritages" nous l'accompagnons tout le long du livre, car il ressemble à beaucoup d'entre nous...