lj-geline

    Transformé en théâtre privé il y a 5 ans, le Théâtre Comédie Odéon, qui est historiquement un ancien cinéma  sous Roger Planchon,  et même un  lieu culturel depuis 1907, ne pouvait  se cantonner à un être uniquement un lieu de café théâtre comme il semblait l'être la première année de sa réouverture.

Sous l'impulsion de son nouveau et particulièrement  sympathique et dynamique directeur Julien Poncet,  il est devenu en quelques années seulement  et à nouveau Le lieu incontournable de la culture lyonnaise  : aussi bien lieu d'expositions photos, que salles de masters class inoubliables lors des festivals Lumière ou le Lyon BD festival.

Il ne manquait à son pedigree que la musique, et c'est désormais chose faite depuis dimanche dernier et la première édition du French Connexion.

affiches-fc-gen

En collaboration avec Morpheus Productions et  la petite salle lyonnaise spécialisée en chanson française A Thou Bout’d’Chant, le théâtre Comédie Odeon a créé ce festival French Connexion afin de promouvoir une  nouvelle vague d’artistes de la scène française en pleine efferversence créative. 

Autour de ce projet, un même  attachement à la musique et à la langue française  pour faire partir le spectateur curieux à la découverte d'artistes  plus ou moins confirmés de la scène française qui ont tous un univers bien singulier et remarquable.

En 6 dates et sur 7 mois, une dizaine d’artistes se succéderont parmi les plus beaux de cette nouvelle scène : Pomme et Tim Dup, Fishbach et Melba, Klô Pelgag et Leïla Huissoud, Pauline Croze et Sarah Mikovski avant le concert surprise de clôture le 26 mai, pour une une jolie programmation éclectique, incarnée par des artistes représentants de cette si chère francophonie, du Québec à la France. 

Pour le premier plateau proposé lors de ce festival, ce sont Louis-Jean Cormier et la Féline qui ont eu l'honneur d'ouvrir les hostilités  chacun de leurs cotés présenter un spectacle de près de deux heures chacun pour une affiche aussi complémentaire que dense que j'ai eu la chance d'aller applaudir dimanche dernier en soirée.

  

Feline

En première partie on a été totalement sous le charme d' Agnès Gayraud , leader ô combien charismatique de ce groupe La Féline qui a ses afficionados depuis plusieurs années ( et notamment son EP en 2014, Adieu l'Enfance)

Un groupe qui nous a proposé  pendant plus d'une heure quarante sa  pop synthétique et  épurée. Des mélodies enivrantes aux relents subliments occultes délicatement portés par le son de quelques machines et autres nappes synthétiques ou guitare cristalline.

feline

Les morceaux les plus sophsitiqués se sont enchainés sur la scène de l'Odéon : Les Fashionistes, Adieu l'enfance , Séparés ( mon morceau préféré de son dernier album Triomphe)  :  Agnès Gayraud et ses trois musiciens sont très vite parvenus à embarquer dans son univers à l' atmosphère intimiste et féérique une salle  qui ne semblait pourtant pas  forcément rompue à son univers ( il y avait visiblement bien plus de fans de Louis Jean Cormier) .

Une bien belle parenthèse hors du temps et une belle occasion de me familiariser à un univers que je connaissais avouons le  si mal.

 

 

 

 

 

LOUIS-JEAN-CORMIER-5

Je connaissais à peine plus l'univers du Québécois,  même si j'avais bien entendu parler de lui l'an passé lors de la sortie de son album Les Grandes Artères, qui avait récolté pas mal de lauriers de la part de la presse.

 dans l’émission La voix, le The Voice québécois.

Dans une composition très réduite ( seul avec son batteur Vincent Carré, particulièrement talentueux),  Louis-jean Cormier  nous a prouvé lors de transitions  qui ne manquaient pas de répartie et d’humour que l'artiste est particulièrement à l'aise sur scène et qu'il est plus à ranger du coté des rockeurs que des chanteurs de variétés.

Se mettant très vite dans la poche une salle de la Comédie Odéon  très enthousiaste et particulièrement réceptive,  ses tubes que visiblement tout le monde- sauf moi- connaissait comme son fameux "Si tu reviens", un des titres les plus emblématiques de son dernier album que Louis Jean n'a pas manqué de faire chanter au débotté à la salle.

 

Une univers  très dense,  atmosphérique où les expressions anglo saxonnes utilisées ici là par le québécois se mariait parfaitement à une langue française très racée que les québécois aiment bien utiliser et des mélodies qui empruntent bien plus à la pop anglo saxonnes qu'à la chanson française de chez nous.

Louis_Jean_Cormier_presse2016_credit_LePetitRusse

Des mélodies assez particulières, qui adoptent des ruptures de rythme aussi risquées que réussies, pour un artiste loin d'être novice mais qui est assez peu connu en France alors qu'il est incontestablement un auteur compositeur de très grande envergure comme il nous l'a prouvé dimanche dernier .

Un grand merci à la Comédie Odéon de nous avoir offert ce beau cadeau et pour ma part ces deux belles découvertes et on espère que les prochaines soirées soient aussi réussies.

 

 

 

 

Prochaines soirées de French Connexion les dimanche à 19h à la comédie odéon 

Dimanche 17 décembre 2017 Pomme + Tim Dup
Dimanche 28 janvier 2018 Fishbach + Melba
Dimanche 18 mars 2018 Klo Pelgag + Leila Huissoud
Dimanche 29 avril 2018 Pauline Croze + Sarah Mikovski
Dimanche 26 mai 2018 Surprise