620995300-trafic-cover

Il y a des choses dont on ne lasse jamais et parmi celles ci, la voix particulièrement intense et déchirante de Gaëtan Roussel en fait partie.

Cette  voix , on la retrouve avec un immense plaisir dans son nouvel album paru le 28 septembre dernier, "Trafic" et ses 11 titres conçus en  grande partie à Los Angeles.

 Ce qu'on ne peut qu'admirer chez l'ex leader de Louise Attaque et de Tarmac, c'est sa capacité à se renouveler, à ne jamais répeter, alors qu'il aurait pu vivre sur les acquis de ses succès précédents,tout en restant dans des accords pop rock du plus bel effet.

Pour ce nouvel opus en solo, après un "Orpailleur" un peu trop déroutant et plein de machines en 2013, le chanteur compositeur de 45 ans s'est entouré de quelques pointures internationales comme le Suédois Jonas Myrin et l'Australien Justin Stanley ou le français Antoine Gaillet, réalisateur déjà aux manettes pour Julien Doré ou Miossec.

L'an passé on avait lu et on avait beaucoup aimé "Dire au revoir",dans lequel Gaëtan nous invitait  dans son imaginaire romanesque avec un recueil de nouvelles souvent très breves qui sont toutes sur le thème du "au revoir. ", et recensait les façons plus ou moins légères de quitter quelqu'un ou quelque chose.

 On retrouve cette tonalité  et cette thématique dans plusieurs morceaux de l'album, notamment dans "Hope" qui nous parle de la mémoire, à travers l'histoire de ce fleuriste qui ne se souvient plus du nom de ses fleurs préférées. Un texte assez triste, porté par une mélodie pop et solaire.

"Tu te rappelais pourtant de tout 
Mais à la fin de plus rien du tout 
Tu te rappelais pourtant de nous 
Mais à la fin de plus rien"

 

 Ce constraste entre mélodies et les écrits, on le retrouve tout du long de ce "Trafic" qui parait d'un abord plutôt léger dans ses musiques, mais les textes offrent un contrepoids aussi lucide que fascinant.

L'album possède une vraie identité sonore et un univers à la fois d'une grande sensibilité et très intime qui disent la complexité de la vie. Comme souvent, on aime la façon dont ses mots et ses phrases se répètent, changeant de mélodies, pour déferler en cascades et résonner dans nos têtes .

Comme à son habitude, l'artiste joue pas mal sur des inversions, des répétitions, pour essayer de faire dire aux mots d'autres choses, et pour laisser plus de place à l'interprétation de l'auditeur.

On notera dans nos coups de coeur le très beau  « Te me manques (et pourtant tu es là) ».fort,jolie chanson sur le couple qui fera assurément date . 

La voix de  Vanessa Paradis,  que Gaëtan avait déjà croisé  sur le titre « Il y a » (un texte qu'il avait composé pour elle) et celle de Gaëtan se marient merveilleusement bien  pour un titre parfaitement dans la lignée de ce beau et envoutant Trafic.


Gaëtan Roussel trace son sillon dans la scène musicale française, au gré de ses envies et des rencontres, et cela nous plait toujours autant.

 Trafic paru chez Barclay depuis le 28/09/2018