couv22370242

 «  La mouvance de la droite radicale en Allemagne n’est pas très grande mais bien organisée, son réseau fonctionne parfaitement. Tout le monde connait tout le monde. Et du camp de loisirs apparemment anodin aux horreurs de la clandestinité nationale-socialiste, il n’y a qu’un pas. »

Comment peut-il encore y avoir des familles néo-nazies en Allemagne ? C’est vraiment le tabou ultime dans cette grande démocratie. Et pourtant Heidi Benneckenstein à grandit au sein de l’une d’elles. Née en 1992 elle nous raconte son histoire. De l’extrême-droite assimilée, les parents de l’Association de la Jeunesse Allemande Patriote sont des notables cultivés, intellectuels, universitaires ou professions libérales supérieures.

Dans ce monde, tout est masques et faux semblants, les camps de vacances des enfants ressemblent à des camps scouts, mais sont complètement dévoyés pour devenir des camps paramilitaires préparant les officiers du quatrième Reich.

Une bande de dingues, peu nombreux, mais absolument terrifiants. Que l’on y soit par atavisme familiale ou par provocation, l’extrême droite et ses groupuscules sont très structurés et hiérarchisés.

 

Les fils de famille seront cadres, les fils de prolos seront second couteaux.

Terriblement archaïque  mais terriblement efficace. Quant à l’endoctrinement et le fonctionnement c’est tout bonnement celui d’une secte lambda. 

dr

 

Ce chemin de croix nous est raconté avec une sincérité et une simplicité surprenante qui nous bouleverse.

Nous sommes à l’intérieur du monstre, dans son cerveau, son estomac, ses intestins, car la bête est vivante, elle dévore, recrache, défèque des jeunes gens et des jeunes filles en désespérance. 

Ce témoignage, au plus près d’une enfance volée par une idéologie morbide, possède la force de la sincérité et de l’honnêteté.

« Coupable en toute innocence » est une pièce nécessaire à la déconstruction de cette pensée qui prône la haine de l’autre et qui grandit en ce moment dans le monde entier.

"Coupable en toute innocence", de Heidi Benneckenstein, traduit de l'allemand par Elisabeth Landes, éditions Liana Levi.