G03258

"Comment, en tant qu'homme, réussissez-vous à décrire des personnages féminins ? – Personne ne l'a remarqué, mais, en fait, tous les personnages féminins de mes livres sont des variantes des trois mêmes femmes. Ma femme. La femme imaginaire, qui est le négatif de ma femme, et avec laquelle j’ai renoncé à vivre dès l'instant où j’ai décidé de me marier. La femme que je suis. J'ai honte de l'avouer, mais c'est la troisième qui m'attire le plus."

L'écrivain israélien Eshkol Nevo, auteur de cinq romans,dont un d'entre eux, "Trois étages" a été adapté  par Nanni Moretti-   au cinéma - et on devrait le retrouver en 2021 lors du prochain festival de cannes si tout va bien-  prend un angle assez original pour son sixième roman.

L'écrivain israélien Eshkol Nevo prétend répondre à toutes les questions posées par ses lecteurs internautes.Cette "interview" n'est qu'un prétexte pour raconter la vie tourmentée d'un écrivain qu'on imagine proche de l'auteur, lui permettant d'aborder des thèmatiques comme la création littéraire , ses relations de couple, la politique.

Résultat des courses : 480 pages sous la forme d'un vrai-faux entretien avec un faux-vrai écrivain célèbre  pour répondre aux interrogations d'une armée anonyme d'internautes.

Un roman proche de l'autofiction, on se demande souvent où est le vrai ou est le faux et cela apporte pas mal de dimension ludique à l'éxercie.

Dans la dernière interview, il y a aussi beaucoup  de finesse et une pincée d'humour pour un ensemble  qui nous émeut et nous pousse à la réflexion sur notre propre vie; l'essence même d'un acte créatif, non? 


La Dernière Interview (Gallimard), traduit de l'hébreu par Jean-Luc Allouche, 480 p., 24 €