Baz'art  : Des films, des livres...
13 janvier 2021

Rencontre avec le réalisateur Bruno Podalydès pour son film Les 2 Alfred

 DEUXALFRED_120_HD

 

Son film, "Les 2 Alfred",  devait sortir normalement dans les salles de cinéma ce mercredi 13 janvier 2021 .

Hélas, fermeture des cinéma oblige, il faudra attendre encore un peu avant de voir cette très intelligente et tres savoureuse comédiedans nos salles de cinéma.

Qu'à cela nous tienne! On a eu très envie  de vous faire patienter en échangeant avec Bruno Podalydès , son créateur.

Il faut dire que ce cinéaste particulièrement brillant et intelligent n'a pas été avare de son temps pour nous faire partager sa vision du cinéma et son désir de faire des films pour parler du monde anxiogène qui nous entoure  mais toujours  avec poésie et humour. 

pold

 "J'ai tendance à essayer de voir le bon côté de toute situation."

Baz'art : Bonjour Bruno. Avant de parler frontalement de votre excellent film, permettez moi un petit apparté sur la situation actuelle*. Est-ce que Bruno Podalydes, l’homme, arrive à avoir  le même regard plein de détachement et de poésie sur la situation actuelle, où les situations absurdes et kafkaïennes se multiplient que le Bruno Podalydès cinéaste? Autrement dit, est- ce que vous parvenez à avoir le même détachement sur le monde post COVID 19  que  les personnages de vos films et notamment du Arcimboldo que vous jouez dans "les 2 Alfred"?

Bruno PodalydèsAh, j'essaie, oui, même si parfois je me force un peu, vous pouvez vous en douter (rires)...

Mais c'est vrai aussi que j'ai tendance à essayer de voir le bon côté de toute situation.

Et il y en dans le confinement, par exemple dans le fait que cela nous a quand même permis de plus nous poser, de nous couper un peu de la frénésie habituelle.

Le fait que la sortie du film soit reportée et décalée dans le temps permet d'étalonner la promotion et c'est plutôt appréciable quand on peut éviter d'enchainer les interviews comme dans un marathon comme j'ai pu le voir sur d'autres films.

Là, en l'occurrence, le fait de commencer notre entretien- je préfère le terme entretien à interview- par une question qui n''est pas  directement liée au film montre bien qu'on a un peu plus le temps d'aller au fond des choses,.

Alors, évidemment que la situation sanitaire est très préoccupante, tout comme la situation des salles de cinéma,  mais j'ai toujours besoin  de voir le monde qui m'entoure comme un ré enchantement  permanent  tout en gardant les pieds sur terre ..

Et c'est peut-être un peu utopique da ma part, mais je veux encore garder à l'esprit que le monde à venir sera plein de surprises, bonnes ou moins bonnes .

Eg9_P5PWAAAMc1F

 Baz'art : C'est d'ailleurs ce parti pris qui fait la singularité de votre cinéma, pointer ce qui ne va pas, mais le faire sans aucune aigreur ni cynisme.... C'est tout un talent d'éviter de poser un regard  réac ou passéiste sur un sujet comme l'hyper libéralisme et la déshumanisation de notre monde actuel, non? 

Bruno Podalydès  : Un talent, ce n'est pas à moi de le dire, mais c'est vrai que j'ai toujours fonctionné ainsi, c'est à dire essayer de mettre toujours un peu d'humour et de fantaisie dans ma vision du monde actuel.

L’humour permet d’éviter le manichéisme, car bien  sûr,  pour le sujet qui nous interesse, on est tous impliqués dans la dépendance aux machines, même  s’il ne faut pas oublier que ce pouvoir que l’on  accepte des machines fait évidemment le jeu de certains.

Alors oui, mais de façon très naturelle, dès l'écriture j'essaie d’insuffler quelques  touches de "poésie" et de tendresse  au cœur de toutes les situations, même celles qui pourraient sembler les plus violentes et j'essaie autant que possible de proposer au spectateur des situations dénuées de toute signe de didactisme.

Je ne veux imposer aucun message politique, ce n'est pas du tout dans ma façon de faire du cinéma, d'autres, comme les Dardenne ou Ken Loach le font très bien et sont très doués pour cela.

De mon côté, j’espère seulement que  le rire ou le sourire puisse aider  les spectateurs à percevoir des faits et des inquiétudes bien  réels.

"c’est toujours assez drôle d’être dépossédé par un engin. "

 Baz'art : Et ces situations de comique de votre film "Les 2 Alfred" sont souvent impulsées par des machines qui copient un peu les humains : les voitures autonomes boudent et ne veulent plus ouvrir  leurs portes à leurs propriétaires, des petits drones en forme de parachute livrent des colis, des portables  font des bisous entre eux.

Bruno Podalydès  : Oui, ça part  de cet état d'esprit dont on vient de parler: on peut être critique envers cette technologie à outrance, tout en s'amusant à la positiver  et à  mettre en avant les côtés touchant.

L'hyper connexion crée  des situations aussi  angoissante que terriblement  irrésistibles : on prête de plus en plus d'humanité aux machines et on se comporte soi-même de plus en plus comme des machines.

Du reste, c’est toujours assez drôle d’être dépossédé par un engin. Les objets que je montre dans mon film vont finir par se  détraquer, comme s’ils se rebellaient à leur manière de ces algorithmes qu'on leur impose.

Mais vous savez je n'ai rien inventé,  Charlie Chaplin dans "les temps modernes" ou bien  encore Jacques Tati lui-même, un cinéaste qui compte beaucoup pour moi, pointaient du doigt cette folie du monde ordinaire, cette aliénation, cette hyper dépendance aux machines.

Dans "Playtime", vous avez cette scène formidable où un type pilote un ascenseur dôté d’un tableau de bord auquel il ne comprend rien  et  l’ascenseur n’en  fait qu’à  sa tête. 

Dans  « Les Deux  Alfred », j'ai en effet créé des situations finalement assez  similaires: cette voiture autonome qui refuse  de reconnaître Séverine,  qui conduit toute seule, et décide unilatéralement d’aller  se recharger en électricité. 

Ou quand mes personnages s'échangent des données par Bluethooth, on entend des sons de bisous pour montrer que les téléphones se reconnaissent et s'embrassent entre eux, c'était quelque chose qui m'amusait beaucoup, de jouer avec  tout ça...

poda

 Baz'art : À l'origine, c'était vraiment l'envie de raconter ce rapport ambigü entre l'homme et la machine qui a donné l'impulsion à ce projet? 

Bruno Podalydès   : Pas vraiment, non. Il faut savoir qu'au tout départ, "Les 2 Alfred " résulte d’une  envie que  j'ai longtemps eu en moi , celle de raconter l’histoire d’un  homme obligé de cacher sa paternité pour  trouver du  travail.

À  l’époque où j'ai commencé à écrire la première version de ce qui allait devenir bien plus tard Les 2 Alfred, ,  j’étais  moi-même père  de  deux  enfants en bas  âge  et j’avais  senti  que ce pouvait être  un ressort de comédie assez fort.

J’imaginais cet  homme en train d’extirper de sa poche un joujou de bébé  en pleine  réunion, de se mettre à fredonner machinalement une  comptine…des  situations très drôles…

Et  puis  Denis  est  devenu père  à son  tour et  j’ai  eu envie  de  reprendre cette idée  avec  lui.  On  a commencé à travailler ensemble,  à improviser quelques scènes, et puis  on a dévié  vers  une histoire qui  ne nous  correspondait plus vraiment.

J’ai donc repris  le scénario tout seul  dans mon coin en me concentrant sur le monde de l’entreprise, un univers qui m'intéresse bien plus  au départ qu'il peut intéresser Denis...

"'Il faudrait vraiment mettre en sourdine ce charabia managérial auquel personne ne comprend rien"

 Baz'art : Un monde de l'entreprise que vous connaissez bien car vous avez d'abord commencé par votre carrière de cinéaste en étant réalisateur d'entreprise...On voit bien que vous prenez un vrai plaisir à pointer les ambivalences de ce monde du travail avec son langage managérial bien à lui; où là encore, la poésie peut surgir quand on l'attend pas forcément, n'est-ce pas? 

Bruno Podalydès  :  En effet, , j'ai commencé  la réalisation en tournant pendant deux ans des films d’entreprise pour Air France et même si on me croit jamais quand je le dis, j'en garde  un très bon souvenir de l'expérience ( sourires).

C'est vrai que c'est un monde que je trouve assez fascinant, notamment dans ses dérives et ses ambivalences.  Par exemple, le langage managérial dont vous parlez, il faut savoir que tout notre langage quotidien en est quand même totalement imprégné. Il est encore plus prégnant dans les entreprises qui ont un rayonnement international.  

Au lieu de dire  : « Je te fais suivre  un mail  », on dit : « Je te le forwarde », à cause de la fonction forward au menu de l’ordinateur. Ou bien vous avez pas mal de gens maintenant  qui claironnent qu’ils  sont en « mode vacances », en mode "reset "ou  en « mode travail ».

Être en "mode reset," c'est à dire avoir la capacité de formater son propre disque dur, c'est quelque chose à la fois de touchant et de très préoccupant. quand on s'y penche un peu, non?.. 

Comme on en parlait dans la précédente question, les machines se prennent pour des humains tandis que nous-mêmes on commence à se prendre  pour  des machines. 

Baz'art : Mais au fond de vous, Bruno, ça vous agace pas quand même cette propension à utiliser ce genre de langage? Dans le film on n'arrive pas à décerner si l'amusement l'emporte sur l'irritation face à ce phénomène... 

Bruno Podalydès  : L'utilisation du franglais de manière récurrente dans le monde du travail- pas forcément dans la vie de tous les jours en revanche m'agace pas mal, je vous le concède aisément ( sourires). 

Utiliser à foison ce langage technocratique qui vient des grandes écoles du commerce est une vraie plaie.

Cette tendance fâcheuse d'utiliser des mots concepts artificiels pour décrire des situations qui sont simples en apparence, est d'autant plus inquiétante que les gens qui l'utilisent ne semblent même pas en avoir conscience, ils l'ont totalement intégré en eux....

Je pense qu'il faudrait vraiment mettre en sourdine ce charabia managérial un peu robotique auquel personne, à commencer par ceux qui s’en gargarisent, ne comprend rien,

Cela étant dit, je ne pense pas que ça en prenne le pli, notamment avec le confinement et le télétravail qui a accéléré les "conf call" et autres "vidéo zoom" (sourires) .

10484-avatar_large

 Baz'art : Au delà  de cet aspect linguistique, la vision que vous avez du monde de l'entreprise, à travers la boite que vous montrez, la fameuse « The Box », est très paradoxale... L'entreprise semble être à la fois un grand espace convivial et enfantin avec babyfoot et machine à bonbons,  et même temps, elle impose une vision managériale où il faut être disponible à 100 % et cacher qu'on a soi-même des enfants pour pouvoir y travailler? 

Bruno Podalydès  :  Tout à fait, c'était important pour moi d'insister sur ce décalage entre le fond et la forme.

En visitant un certain nombre de  start-up pour  les repérages du film, j’ai  vraiment eu l’impression de rentrer dans le monde de Pixar ; il n’y avait  pas de fontaines de bonbons mais beaucoup de baby-foot, de tables  de ping-pong.

Ils sont vus comme  des espaces  régressifs, très infantilisants qui correspondent, me semble-t-il, à des buts de management très pensés  qui  peuvent remplacer le paternalisme d’autrefois.

Mais cette vision-là de ces entreprises qui consiste à faire des employés des enfants m'agace, c'est une sorte d'abstraction finalement assez puérile: on se fixe des objectifs comme dans un vulgaire jeu de société et en même temps on interdit à ses employés d'avoir des enfants.

On prend la place des enfants sans les admettre dans notre vie, voilà pourquoi je parle de paternalisme.

Je ne suis pas sûr que le postulat que je développe dans le film , qui est d'interdire de recruter quelqu'un sous prétexte qu'il a des enfants, soit légalement recevable, mais en même temps, tout le monde  semble le trouver crédible car il ressemble beaucoup à ce qu'on entend ou voit un peu partout ...

 Baz'art : Un mot sur un acteur étonnant qui éclate à l’écran le magicien  derrière votre caméra: je pense à Yann Frisch, qui joue Aymeric,  le patron  de The Box- on adore ce magicien dont on avait vu un de ses derniers spectacles. Comment est-il arrivé dans cette aventure ?

Les 2 Alfred Bande-annonce VF de Les 2 Alfred au Cinéma Lyon - Comoedia

Bruno Podalydès : Vous savez, même si je joue beaucoup d’un film sur l’autre avec certains acteurs comme Philippe Uchan, Isabelle Candelier, Jean Noel Brouté et d’autres, c’est un plaisir sans cesse renouvellé d’inviter dans mon " univers" de nouveaux acteurs pour élargir le cercle. 

Pour  le personnage d'Aymeric, le patron de The Box, je me suis demandé quels étaient les jeunes que j’admirais aujourd’hui, même ceux qui ne sont pas acteurs à la base.

Vous n'êtes pas sans savoir que j'adore la magie, j'en mets souvent dans mes films donc c'est assez naturellement que  j’ai pensé à Yann dont j’aime  la magie  et surtout la pensée qu’il  en a.

On s’est rencontrés rapidement  il a joué  une scène et j’ai immédiatement senti  son humour et vu qu’il serait  à l’aise  sur  un plateau. Je crois que grâce à  l’aplomb et  au  culot que  lui confère l'art de la magie, Yann possède en lui une assurance qu’il a pu reproduire devant la caméra, et je suis vraiment ravi de ce qu’il a fait du rôle pas évident au départ à jouer..

Yann a vraiment été tres conciliant : la seule chose qu’il voulait quand je lui ai proposé le rôle, c’est de ne surtout faire aucun tour de magie, dans le film et sur ce coup là, vous admettrez aisément que que j’ai tenu parole (rires) .

"C'est stimulant  de repenser les choses de notre époque à l'aune de sa naïveté de notre enfance" 

2allfred

 Baz'art : Cette passion de la magie et d'autres choses qu'on connait de vous ( votre amour pour Tintin par exemple) fait qu'on a l'impression, impression largement corroborée par ce film là, que l'esprit de l'enfance ne vous a jamais vraiment quitté, vous êtes d'accord avec cela ?

Bruno Podalydès  : En effet, Je n'ai jamais effacé les traces d'enfance. Tout est là aujourd'hui  en moi comme cela était il y a 50 ans, il n'y a pas vraiment eu de rupture.

Et je retrouve souvent au cinéma des sensations d'enfant, des saveurs. 

Comme si ma perception du monde était plus juste quand c'était la première fois. Par exemple, le fait d'avoir jouer avec mon frère Denis dans ce film, c'est  exactement comme retrouver les joies des jeux de notre enfance tous les deux, les petits spectacles familiaux que l'on faisait tous les deux devant les parents.

Et la spontanéité la légèreté, la liberté de ces jeux d’enfant  n'ont pas du tout disparu. On peut  jouer une scène pendant une heure  sachant,  qu’à l’arrivée, il n’en restera que quatre répliques.

On peut sortir des trucs énormes qui  n’ont éventuellement rien  à voir avec l’histoire ou qui  sont totalement contradictoires avec le sens qu’on  veut  lui donner.

C'est  quelque chose de drôle et de très stimulant  de repenser les choses de notre époque à l'aune de sa naïveté de notre enfance : à mon sens, cela crée un vrai ressort de comédie et plus généralement une envie globale d'écrire et de réaliser  à nouveau des films.  

*L'interview a été réalisée par téléphone le 20 décembre 2021

Commentaires
Baz'art : Des films, des livres...
Baz'art  : Des films, des livres...

Webzine crée en 2010, d'abord en solo puis désormais avec une équipe de 5 à 8 rédacteurs selon les périodes. l'objectif reste le même : partager notre passion de la culture sous toutes ses formes,ciné, livres, musique,interviews, spectacles
Voir le profil de Bazaart sur le portail Canalblog

Envoyer un mail à l'adresse suivante : philippehugot9@gmail.com 
Visiteurs
Depuis la création 7 502 993
Partenariat avec TV5 Monde

tv5monde
Partenariat avec la chaine TV5 Monde  zone Pacifique et Asie, chroniques sur les films diffusés à l'antenne.