modele concours (79)

Alors que l'été bat son plein, et après une première sélection de livres de poche qui a semblé, d'après les chiffres d'audience, beaucoup vous séduire, on s'empresse de vous reconseiller en ce nouveau #mardiconseil, parmi nos dernières lectures de l'été, trois nouveaux livres de poche à siroter cet été 2022 :

1.CE GENRE DE PETITES CHOSES CLAIRE KEEGAN ( Le Livre de Poche)

9782253934776-001-T

"Il aurait bientôt quarante ans, mais n'arrivait pas l'impression d'arriver à quoi que ce soit ou de faire le moindre progrès et ne pouvait s'empêcher de se questionner parfois sur l'utilité des jours."


Irlande, 1985, Bill Furlong livre du charbon pour des foyers mais aussi pour une blanchisserie tenue par des bonnes soeurs. Des bruits courent sur les jeunes filles qui y travaillent et lorsque Bill se retrouve face à l'une d'elle, il se retrouve aussi face à un choix.
Tableau d'une petite ville où tout le monde se connait et où tout se sait, où tout le monde est "de mèche".

Portrait d'un héros ordinaire à qui on a tendu la main et qui ne peut pas balayer son passé juste par souci de tranquillité.

La plume de ce roman court, inspiré d'une histoire vraie (et glaçante !) est extrêmement fine et juste.

C'est tout simplement très beau !

Claire Keegan, avec une intensité et une finesse qui donnent tout son prix à la limpide beauté de ce récit intense et déchirant!

2. Lëd, Caryl Ferey (Edition Pocket )

131599283

 

"Une nouvelle allocation de 750 roubles (11 euros) était versée aux mères pour un premier enfant, le double pour un second, mais même la prime conséquente consentie à partir d’un troisième ne changeait pas la donne.
Anya Ivanova aurait aimé avoir un, voire plusieurs enfants. Pure chimère. La faute à sa santé déficiente, à sa constitution de Lilliputienne au pays des ours blancs, la faute à pas de chance d’être née dans un nid pollué. "

 

 Flic taciturne originaire d’Irkoutsk, Boris se trouve chargé d’identifier le corps d'un éléveur de rennes qui émerge des décombres d'un immeuble.

 

L’autopsie du vieux Nenets, cet éleveur nomade qui n’avait sans doute rien à faire à Norilsk, révèle un meurtre.

 

Et l’enquête de Boris de prendre un virage bien plus capricieux et pernicieux. Parce qu’à Norilsk, tout le monde se surveille et la corruption est généralisée.

 

Ecrivain baroudeur, Caryl Ferey a tiré de ses voyages dans l'hémisphère Sud quantité de grands romans policiers, de Utu à  Mapuche, sans oublier le génial Zulu qui se déroulait en Afrique du Sud; bref que des polars qu'on a âprement défendu sur Baz'art.

 

Maitre incontesté de polar rythmés et plein de fièvre et de rages, les romans de Ferey témoignent également d'une réelle empathie pour les gens de l'ombre, opprimé par les dominants.

 

Dans la lignée de ses précédents titres du bout du monde, Caryl Férey quitte cette fois le Sud de la planete pour aller en cet hiver littéraire 2021; sur les traces d'un Olivier Truc et de sa fameuse police des rennes.

 

Mais ce n'est pas en Laponie que Caryl Ferey nous embarque avec Led mais précisemment à Norilsk en Sibérie .

 

Il a trouvé dans la Sibérie un matériau toute à sa meusre avec un peuple étroitement lié à une histoire et à un territoire, et notamment une jeunesse confrontée à une société capitaliste qui a pris naissance sur les ruines du stalinisme.

 

Entre corruption, homophobie, violence, conditions climatiques extrêmes, le nouveau polar de Caryl Ferey nous brosse un saississant portrait de la Russie d'aujourd'hui.

 

Il nous livre également, et c'est le principal me diriez vous, un puissant roman policier immersif, rempli d'émotions et comme souvent chez lui, de 100% pétri d'humanité.

3 Marilyn Monroe, Fragments. Poêmes, écrits intimes, lettres (Points)

9782757896129_1_75

Dans la nuit du 4 au 5 août 1962, Marilyn Monroe est retrouvée morte chez elle à l’âge de 36 ans. 

L'occasion de cet anniversaire pour découvrir en poche les textes intimes de Marilyn Monroe, écrits entre 1943 et 1962.

Et si Marilyn était plus complexe que que cette image de blonde un peu gourde renvoyée par certains films dans lesquels elle a joué ? S'il y avait deux Marilyn, l'une glamour, qu'on croit superficielle du fait de son apparence et l'autre torturée, cérébrale, passionnée par la littérature et la psychanalyse?

Est-ce l'ambition de l'ouvrage, Fragments, qui rassemble, lettres et écrits divers? en tous cas, c'est le sentiment qui prédomine au fur et à mesure que l'on découvre les textes de cette actrice devenue un mythe.

De cette lettre qu'elle écrit à 16 ans, peu après son premier mariage, je retiens sa maturité. de ce carnet noir « record » dont elle noircit seulement quelques pages, j'apprends sa peur panique de tourner une scène, de ne pas être à la hauteur.

Impossible aussi de ne pas être fasciné devant les photos de Marilyn en train de lire ou d'écrire….leçon de photogénie !

Les textes sont souvent mélancoliques, assez pessimistes quand il s'agit d'amour, introspectif, reflétant une volonté constante d'apprendre et de se former.

On l'imagine loin du quotidien. Pourtant quand il s'agit de décorer un appartement, elle multiplie les notes, prend des mesures, collectionne les échantillons ou prévoit la place des meubles.

Quand elle prépare un dîner d'anniversaire, elle dresse une liste sans fin et pense aux moindres détails.

Dans une lettre au Docteur Greenson suite à son internement, elle confie que sa pire crainte est de finir dans un hôpital psychiatrique comme sa grand-mère et sa mère. le spectre de la folie familiale rôde et c'est cette détresse que l'on peut lire sur son visage sur la photo de la couverture du livre.

En annexe, sont proposés, entre autres, quelques livres de sa bibliothèque personnelle (FlaubertJames JoyceWalt WhitmanHemingwayBeckettAlbert Camus, Kerouac..) et la photo sublime prise par Cecil Beaton à l'Ambassador Hotel.

Marylin bien plus intelligente que tout ce que l'on a pu montrer et dit sur elle. Excellente actrice dans le comique et le dramatique (ce qui n'est pas courant). Sa "non confiance en elle" en a arrangé pas mal et lui a valu une image fausse.

Tout un univers intérieur pour découvrir l'autre face de l'icône.

On découvre une Marilyn aux mots plein d'espoir mêlée à de l'angoisse mais le temps passant, ils s'étiolent comme ses rêves. Effets de désillusion, des psychotropes ou d'autres choses ?

Le livre  est beau en lui-même avec des photos parfois simples mais belles, des morceaux de textes griffonnés qui humanisent le mot, et tout est traduit en français à côté des textes originaux, ce qui rend l'ensemble accessible et intime à la fois.

Fragments. Poêmes, écrits intimes, lettres

Points