Moi_et_toi12429On continue ( et on finit) sur la lancée de ma journée italienne avec maintenant, après le cinéma et la musique,  un roman d'un auteur italien que je ne connaissais  guèreet que j'ai découvert gràace à son dernier livre, Moi et toi que les éditions Laffont m'ont fait découvrir récemment.

Pourtant , Niccolò Ammaniti  est un auteur reconnu en Italie, avec plusieurs de ses romans  comme Branchies adapté au cinéma, de même que l’une de ses nouvelles, « Seratina », extraite du recueil Dernier Réveillon, interprétée notamment par Monica Belluci. Après Et je t’emmène, il connaît un immense succès international avec le best-seller Je n’ai pas peur, qui reçoit, en 2001, le prix Viareggio. Et c’est en 2007 que son roman, Comme Dieu le veut, est couronné par le plus prestigieux prix littéraire italien : le Strega.

Son dernier roman sorti en France, Moi et toi Best-seller en Italie,  a lui aussi  été adapté par Bertolucci et présenté à Cannes en mai 2012 dans la catégorie des films hors compétition, mais n'est malheureusement jamais sorti en France, malgré la renommée du réalisateur, celui du Dernier Tango à Paris et de 1900.

Le thème  de ce roman, bref, mais fort,  est  d'une belle intensité : on y voir  un garçon se terrer dans une cave pendant une semaine alors que ses parents le croient sur les pistes de ski. Il fait dans cet endroit insolite la rencontre sa demi-soeur, malade et droguée.

Beaucoup de thématiques sont abordés en à peine 150  pages, le passage de l'adolescence, la difficulté à s'intégrer à la société, l'incommunicabilité, à travers une belle plume séche et poétique en même temps.

Ce roman  a fotement parlé à l'adolescent solitaire et mal dans sa peau qui sommeillait en moi , et ce roman nous dit beaucoup de chose sur la difficulté du passage à l'age adulte .

La "rencontre" entre Lorenzo et sa soeur est celle de deux inadaptés, de deux êtres fragiles qui peinent dans leur rapport aux autres se fera non sans difficulté, mais avec une vraie beauté. et qui se conclut avec une fin peut etre un peu trop rapide, mais cependant tout à fait bouleversante. Bref, une troisième oeuvre italienne de toute beauté pour une belle journée sous le feu d'un pays, qui heureusement ne nous cache pas que des Berlusconi (ou des Rocco Sifredi!!!)