MV5BOTY1YTk5ZTQtZTUyZi00MTNjLWFiZmMtZTRkZGQwODFhZDYxXkEyXkFqcGdeQXVyNjU0NTI0Nw@@

En plein confinement ( tiens ca serait pas méchamment d'actu, ce début de phrase?), Haley et cinq ami(e)s se rassemblent chacun chez soi derrière son écran d'ordinateur pour une séance d’invocation d’esprits… tout simplement via le logiciel de vidéoconférence Zoom.

Le groupe sera guidé dans l’expérience par une médium du nom de Seylan. Lorsque  un des participants prend à la dérision la séance,  c'est le début de la fin : ils ont ouvert la porte à un esprit maléfique qui va s’en prendre à  chacun d'entre eux.

On s'en était quelque peu doutés des le début de cette période si particulière qui a commencé en mars de l'an dernier : les réalisateurs allaient être un certain nombre à capitaliser à outrance sur la pandémie du Covid-19 et le premier confinement et essayer tant bien que mal de profiter du sujet et des circonstances pour  mettre en avant leur créativité. 

COMP_Photo-Film-HOST-Background-OK

Après quelques exemples de sinistre mémoire, on pense  notamment à la série Connectés de Romuald Boulanger, qu'on a pas osé voir car les échos étaient catastrophiques ou le long métrage "Songbrid" de Michael Bay qu'on a vu et qu'on aurait pu éviter de voir   le cinéma britanique s'essaie aussi  à son tour avec Host, un film d'horreur en found footage réalisé par Rob Savage présenté en compétition au Festival du film fantastique de Gerardmer . 

Sur la base d'un scénario quand même très mince- une  séance de spiritisme avec ses amis et une médium  par zoom qui va virer très rapidement à l'horreur totale, reconnaissons d'emblée que Rob Savage exploite parfaitement le concept de départ.

Son Host utilise bien les captures d’écran de la plateforme Zoom, avec une impression ( certainement fausse) d'un long plan-séquence 2.0 grâce à l’omniprésence des protagonistes dans ce cadre.  

Réunion Zoom, une fille à une bougie devant elle, elle porte des lunettes

On  voit ainsi l’écran une ou plusieurs personnes sans que la visibilité n'en soit altérée

De même,  les rebondissements et les situations sont suffisamment bien dosés pour que le film, qui fait seulement 62 minutes (pas le temps de s'ennuyer du coup!) apparait bien rythmé et surtout file quand même bien la pétoche.

Sans révolutionner le genre du found footage, et  on l'admet, pas forcément follement original sur le principe du thriller 2.0 (dans le genre, les très bons Unfriended et Searching avaient joliment posé les jalons ) Host réussit à le moderniser à la sauce Covid sans prendre le spectateur pour un crétin...

Que demander de plus? Evidemment ceux qui n'en peuvent plus du confinement passeront leur chemin.... 

 Host

Royaume-Uni, 2020
De Rob Savage

 Durée : 1h02

  :★★

 Voir la fiche du film sur le site du festival