une-jeune-fille-qui-va-bien-1

Pour ce début janvier sur Lyon les distributeurs  ont multiplé pour notre plus grand plaisir  les avant-premières en présence d’équipes de films.
La première semaine de janvier, on avait été marqués par la visite de la toujours formidable Sandrine Kiberlain et de l éblouissante Rebecca Marder, respectivement réalisatrice et comédienne du très beau drame historique "Une jeune fille qui va bien " présenté aux cinemas Pathé Bellecour et au Comœdia.

Ce film qui sort ce mercredi 26 janvier,  raconte avec intelligence, et beaucoup de finesse et d'intensité le destin d’une apprentie comédienne juive en 1942, avec en toile de fond l'occupation.

C’était pourtant un pari risqué que d’avoir choisi pour cadre le Paris de l’Occupation, complexe et douloureux pour notre Histoire, et qui a déjà servi de contexte à de nombreuses fictions du cinéma français

x240 (1)

Mais grâce à une mise en scène tout en hors champs et un art affirmé de la suggestion, une jeune fille qui va bien  évite le  piège du sentimentalisme et la reconstitution académique  ou de la narration illustrative.

Ce pprtrait inattendu et délicat d’une apprentie comédienne est rempli d’éclats autobiographiques réels  malgré le contexte historique différent.

Comme Irène, Sandrine Kiberlain a connu l’exaltation liée à l’apprentissage du métier de comédienne, à un âge de tous les possibles lorsqu' une audition devant un jury est perçue comme l’évènement d’une vie ou  un rendez-vous avec un garçon assimilé au début d’une passion amoureuse. 

jeunefillequi

On aime  profondément ce récit universel, et que Sandrine Kiberlain arrive à rendre particulièrement actuel.
 "Une jeune fille qui va bien" émeut autant grâce aussi à la prestation assez éblouissante  de Rebecca Marder,comédienne de la Comédie française qui  livre une prestation qui est la marque des plus grandes.
 Plus largement, Sandrine Kiberlain prouve qu’elle sait  dirige à merveille ses interprètes, même les rôles les plus secondaires. 
 Sandrine Kiberlain signe une fiction délicate et puissante qui ne cesse de gagner en intensité au fil des minutes avant de se terminer par une scène finale aussi inattendue que bouleversante. 
Une réussite qui prouve qu'elle n'est pas seulement l'une de nos meilleures actrices, mais aussi, d'ores et déjà, une cinéaste  prometteuse et très talentueuse.