les-passagers-120x160

  Paris, début des années 1980. Après s’être séparé du père de ses ados, Élisabeth trouve un travail de standardiste pour une émission nocturne de France Inter. Elle rencontre bientôt Talulah, une jeune punk esseulée qu’elle prend sous son aile.

Voici le petit résumé du film " Les Passagers de la nuit", sorti au cinéma mercredi dernier.

C'était assurément une des plus grosses sorties art et essai de la semaine passée et chez nous, le film a clairement divisé les rédacteurs entre ceux qui adorent et ceux qui détestent.

Voici l'argumentation de chacun des deux camps sans plus attendre  : 

2

Après son chef d'oeuvre bouleversant qu'était "Amanda", Mikhaël Hers nous livre un film extrêmement personnel et touchant avec ces "Les Passagers de la nuit". 

Ce qui frappe avant tout dans le cinéma de Mikhaël Hers, c'est cette façon si particulière de révéler l’intime par petites touches toute en délicatesse et en grâce suspendue 

Les Passagers de la nuit se regarde comme un album de souvenirs dont on tournerait les pages avec une émotion difficile à contenir . 

Ses années 80, sa musique, ses vêtements, son cinéma*, ses espoirs, ses désilusions : tout est restranscrit avec une justesse incroyable. 

lespassagersdelanuit-still124096x3432c2021nord-ouestfilmsartefrancecinema

Le grain rétro et les images d’archives favorisent l’immersion.

 Le film  de Michaël Hers est également un portrait de groupe remarquable, d'une grande profondeur et se dégage de ce très beau film une  douceur, une humanité, une générosité bouleversante.

Sans les lâcher d’une semelle ( d'une caméra?) , on accompagne ses personnages si attachants dans leur  parcours intime rempli de bienveillance..

Philippe H 

3

Il y a des films qui sont tellement légers  qu à la fin ils pèsent des tonnes....
Je pensais  voir un film du genre "Le nom des gens " mais  c'était plus du sous sous Rohmer...
Il ne se passe rien d'intéressant ou alors on s en fiche complètement !
Les acteurs  n'ont rien à sauver et anonent des dialogues hyper explicatifs...
Bref je suis passé complètement à côté de ce film que visiblement tout le monde aime, on sait pas trop pourquoi  ...
Il m'est impossible d'écrire quelque chose de sympa dessus...je n y ai pas cru une seconde, tout est vraiment trop léger,  et avec Petites lecons d'amour,  j'ai l'impression que c'est un des pires films vu au cinéma ces derniers temps ...
https://www.avoir-alire.com/IMG/jpg/4073816.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg
Dans la série film sur les années 80 et sur le milieu de la radio,  Les Magnétiques  est vraiment  excellent surtout par rapport  à ce pensum...
En plus, dans ces passagers de la nuit, il est question  de drogue  et de marginaux et  à aucun moment  on ne parle du sida...Alors que que les années 80 SONT les années sida....
Seul le décor des fronts de Seine est intérressant car peu vu au cinoche ...
On oublie ! 
Signé Michelio

*le film rend aussi un bel hommage au cinéma à travers le personnage de Talulah et sa fascination pour Pascale Ogier..