another-earth-critiqueLa fin du monde, qui devrait donc arriver aujourd'hui même ( esperons que, si cela doit se faire, ca soit juste après la lecture de mon billet :o), est un sujet que le cinéma a énormément abordé ces dernières années.

Généralement, l'angle d'approche de ce sujet par le cinéma américain est plutot  fait sous celui du film catastrophe, (comme le fameux 2012 de Roland Emmerich) et, comme vous le savez, ce n'est pas forcément le style de film avec lequel je suis proche.

Ayant également raté d'autres films plus mélancoliques sur le thème, comme le Melancholia de Lars Von Trier, pourtant considéré par certains comme le plus beau film de l'année dernière, j'ai envie de vous recommander  un film sorti également l'année dernière mais que je n'ai vu que cette année en DVD et qui nous parle de fin du monde de façon totalement bouleversante et sans aucune emphase ni fioriture.

Ce film, c'est Another Earth, le tout premier film d'un réalisateur américain, produit par des studios indépendants. Le film a d'ailleurs été récompensé tout à fait logiquement par le Grand Prix au Festival Sundance de 2011, ( bon je n'ai pas vu les autres, mais je ne pense pas qu'ils soient du même niveau).

Comme Eva, autre film de science fiction vu cette année qui m'a beaucoup plus, Another Earth n'est pas un film de SF pur et dur,  plus proche certainement du drame psychologique avec en toile de fond une catastrophe naturelle qui s'approche. En effet le film commence lorsqu'une planète parallèle à la notre, appelée "Earth 2", est découverte.

Sur celle-ci se trouverait le "soi alternatif" de chacun. Tel est le synopsis de Another Earth, qui, dit comme cela, ressemble à un véritable film de science-fiction mais en fait  Another Earth est davantage un drame intimiste saupoudré de science-fiction qu'un film de science-fiction à part entière.

Ce qui est certain, c'est que ce film indépendant à tout petit budget de Mike Cahill distille une émotion délicate et une poésie subtile.

 Another Earth est un long-métrage rêveur et réaliste, qui nous parle de personnages et de situations situés quelque part entre espoir et abandon, amour et haine, égoïsme et partage, bien et mal.

Another Earth, et son très beau et subtil message sur la possibilité d'une rédemption et du pardon,  est tout aussi émouvant, touchant et attachant que déchirant et cruel, ce qui le rend d'une force exceptionnelle. On adore la retenue du personnage de Rhoda, et surtout la force que lui insuffle son interprète, la sublissisme Brit Marling, qui est aussi la co-scénariste du film.

Bref, en un mot comme en cent (plutôt en cent d'ailleurs :o), Another Earth, qui nous plonge superbement dans une  ambiance imperceptible, métaphorique, émouvante , est un des plus beaux films qu'il m'a été donné de voir cette année, et pour ceux qui survivraient à l'apocalyse et ceux qui sont abonnés à Canal Plus thématique (ça doit plus faire beaucoup de monde, ca?), sachez que le film passe ce soir sur Canal Plus Cinéma.