Encore une fois, vu que les salles de cinéma sont toujours fermés, un coup d'oeil sur le  programme cinéma de la semaine  à venir sur Canal+ et sa chaîne thématique  s'impose.

En lien avec le festival de cannes, celui de cette semaine est parfaitement intéressant avec plusieurs longs métrages qui valent  largement le coup d'oeil .

 On a en sélectionné cinq  en particulier qui sont diffusés cette semaine pour la première fois sur une chaine hertzienne :

1/ Ad astra

124928879

Ad astra, ou comment renouveler le space opéra...réflexions existentielles, morales et oedipiennes, quelques scènes réussies dans un vide intersidéral beau et poétique certes mais aussi, ennuyeux. On peut quand même s'étonner par le résultat au  box office de Ad astra  qui a rassemblé près du million de spectateurs , alors que c' est un film plutôt terne dans sa dramaturgie et son déroulement...

Le film possède bien peu de scènes spectaculaires et beaucoup de voix off intérieur ..le 1er James Gray qui nous aura laissé dubitatif

un drôle de film, ni vraiment blockbuster ni vraiment film d' auteur...un entre deux qui fait de ce film un bon film malade comme disait Truffaut...mais aussi bancal..... A vous de voir !!

2/ Portrait de la jeune fille en feu

portrait

 Ce film  là  qui avait fait l'évenement lors du dernier Festival de Cannes nous avait partagé : certains de chez  nous avait été frappé par cette histoire forte, des images composées avec intelligence et des moments suspendus d'une belle intensité, comme cet auto-portrait au miroir, alors que les autres avaient reproché au film d'être trop froid et impuissant à générer l'émotion qu'il devrait susciter.

L'occasion idéale de le rattraper sur petit écran- pas forcément l'écran idéal pour en saisir toutes ses nuances pour nous partager !  

 3 Pauvres Georges 

pauvres georges

 Pauvre Georges ! donne l'occasion à la rare et brillante réalisatrice Claire Devers- Max et Jérémie  de repasser par la case cinéma avec une nouvelle oeuvre ambitueuse et hors des sentiers balisés .

Le long métrage qui bénéficie d'une interprétation sans faille- et d'une première heure  vraiment savoureuse mais le dénouement  laisse un peu sur notre faim mais reste une belle curiosité

4/ EL reino

 

el reino

  Corruption, abus de pouvoir, lobbyisme éhonté,cet épatant El Reino. nous plonge dans la vie d'un député espagnol qui  semble avoir toujours été au bord de la ligne qui sépare honnêteté et malhonnêteté.

Impossible de bouder  son plaisir devant cet excellent polar qui prouve  deux  ans après Que Dios nos perdone), l'immense  talent de metteur en scène  de Rodrigo Sorogoyen  !! 

 5/ Douleur et gloire

 Résultat de recherche d'images pour "douleur et gloire"

 Avec ce film somme qui éloigne le baroque de ses débuts, Pedro Almodovar a élaboré une oeuvre à la fois sobre et apaisée, mais  également d'une densité romanesque aboutie, d'une beauté visuelle à couper le souffle dont chaque plan ou presque  semble singer une toile de maitre. 

Le cinéaste ibère, qui aura réalisé un certain nombre de chefs d'oeuvre, confirme bien sa stature qui en fait incontestablement l'un des maîtres du cinèma actuel.

  

Retrouvez tous les programmes et dates de diffusion sur la page de la chaine